23 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire / Port Bouët: Plusieurs charrettes détruites

Partager l'article

Dans un communiqué officiel portant la signature de N’cho Kouaoh Vincent, vice-gouverneur du District autonome d’Abidjan et publié le mardi 2 avril 2024, il est indiqué que « dans le cadre de la lutte contre le désordre urbain, le commerce ambulant sur les grandes artères, la mendicité sous toutes ses formes, l’usage des charrettes à bras (wotro ou pousse-pousse) sont formellement interdits sur toute l’étendue du territoire du district autonome d’Abidjan ».

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit des hommes en chasubles en train de détruire des charettes. Cette vidéo a suscité plusieurs réactions. plusieurs personnes pensent que le pauvre n’a plus le droit de vivre à Abidjan.

Il est important de reconnaître que les décisions prises par les autorités locales visent souvent à réguler l’activité urbaine dans le but d’assurer la sécurité, l’ordre et le bon fonctionnement des espaces publics. L’interdiction du commerce ambulant, de la mendicité et de l’usage des charrettes à bras peut avoir pour objectif de prévenir les situations de désordre, de congestion et de sécurité dans les rues d’Abidjan.

Cependant, il est également essentiel de prendre en considération l’impact de telles mesures sur les populations les plus vulnérables, notamment les personnes dépendantes des activités désormais interdites pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Il est nécessaire que les autorités réfléchissent à des solutions alternatives et humanitaires pour accompagner ces individus dans cette transition.

En ce qui concerne la destruction des charrettes à bras telle que montrée dans la vidéo, il est primordial que toute action entreprise par les autorités se fasse dans le respect des droits de l’homme et dans le cadre de la loi. Il est essentiel d’éviter tout acte de violence ou de discrimination, et de veiller à ce que les droits et la dignité des personnes impactées soient préservés.

Il est légitime que cette situation suscite des réactions et des questionnements au sein de la population. Il est important d’encourager le dialogue et la réflexion collective pour trouver des solutions justes et équilibrées qui prennent en compte à la fois les impératifs de la vie urbaine et le respect des droits et de la dignité de tous les citoyens, y compris les plus défavorisés.

Séverin Konan

Ovajabmedia.com


Partager l'article