8 février 2023

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Corruption dans le secteur de contrôle technique automobile / Mayelia dévoile sa politique de lutte contre le phénomène

Partager l'article

Le secteur du contrôle technique automobile, élément fondamental de la sécurité routière, n’est pas épargné par la corruption, à l’instar de plusieurs autres secteurs économiques du pays.

L’opérateur Mayelia Automotive, conscient du danger que représente ce phénomène pour les usagers de la route, a décidé de mettre en place une politique de lutte contre la corruption.

Lors d’une visite presse organisée le jeudi 19 janvier 2023, sur la station mobile de contrôle technique d’Abobo Baoulé, Chérubin Tchacari, le Directeur général de Mayelia Automotive et ses collaborateurs ont dévoilé cette politique se lutte contre la corruption.

Selon eux, un dispositif est mis en place à plusieurs niveaux : à savoir la création d’un département Conformité, l’élaboration d’une charte d’éthique, d’un code de bonne conduite et d’une politique cadeaux à destination de l’ensemble des agents Mayelia Automotive, la mise en place d’une politique tolérance zéro via une campagne de communication à deux volets. «En interne, il s’agit de la sensibilisation régulière du front office, les contrôles inopinés, ainsi que des contre-visites sur les stations. Ce que nous vulgarisons à travers tous nos collaborateurs, c’est la politique zéro tolérance.

Lorsque vous êtes pris en situation de corruption et que c’est avéré, on procède purement et simplement à un licenciement. Nous mettons aussi l’accent sur la sensibilisation. Chaque mois, nous réunissons nos collaborateurs pour leur réexpliquer la charte éthique, pour attirer leur attention. On a déjà renvoyé quelques agents indélicats. Notre PDG a mis un plan d’honneur à cela.

Cela fait partie de mes missions de veiller pour qu’il y ait la probité, nettoyer tout ce qui est corruption», a-t-il confié, avant d’ajouter : «Parce que la visite technique n’est pas seulement une formalité obligatoire, nous accordons une importance particulière à l’accompagnement client, à la formation des automobilistes et à la sensibilisation sur la nécessité d’une bonne prise en main de son auto. En externe, nous sensibilisons sur la nécessité de la visite technique et l’impact des fraudes sur la sécurité de l’automobiliste et des autres, la mise à disposition d’un canal de saisie à l’attention des clients, en cas de corruption constatée sur une station.».

Pour sa part, le chef de la station mobile d’Abobo Baoulé, Fabrice Assa a fait savoir que, l’entreprise met un accent particulier sur la digitalisation, comme facteur de lutte contre la corruption. «Conscients que la dématérialisation agit efficacement sur le risque d’exposition à la corruption, nous œuvrons continuellement à réduire l’intervention humaine dans la chaine de service », a-t-il souligné, avant de présenter aux journalistes les différentes étapes de la visite technique. «Tout commence par l’enregistrement en caisse, à la délivrance du certificat en passant par les indicateurs de conformité véhicule, tout le parcours de la visite est pris en charge par un applicatif métier de pointe autonome fournissant des données fiables et non manipulables. La visite technique est focalisée essentiellement sur le contrôle des freins du véhicule, la direction, l’éclairage, la carrosserie, les amortisseurs, les pneumatiques, la visibilité (pare-brise, rétroviseurs, vitres), l’échappement (fixation correcte, fumée noire, fuite), les équipements (sièges, ceintures de sécurité) et l’immatriculation (lettrage, fixation et bon éclairage de la plaque). », a-t-il dévoilé.

A en croire les responsables de l’entreprise, le déploiement de stations mobiles répond, entre autres, au besoin d’optimiser l’expérience client et faciliter l’accès aux prestations de contrôle technique.

Filiale du Groupe Mayelia Participations, Mayelia Automotive est une entreprise ivoirienne de contrôle technique.

A ce jour, elle a traité plus de 300 000 véhicules, créé près de 300 emplois et réalisé plus de 8 milliards francs CFA d’investissements entre 2019 et 2022.

En outre, l’opérateur dispose de 4 stations fixes et de 9 stations mobiles reparties sur 18 sites. Soit un total de 22 sites à Abidjan et à l’intérieur du pays.

Par ailleurs, l’entreprise entend continuer son expansion, en s’étendant à l’intérieur du pays où elle n’est pas assez représentée. C’est pourquoi Cherubin Tchacari se rendra à Duékoué bientôt.

BS


Partager l'article