29 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

CÔTE D’IVOIRE / AFFI N’GUESSAN : La mort d’Hamed Bakayoko nous oblige à rester fidèles à cet esprit de dialogue.

Partager l'article

Ce mercredi 17 mars 2021, au cours de la veillée d’hommage à Hamed Bakayoko au stade Ebimpé, le premier ministre, Affi N’Guessan Pascal, a fait un témoignage de ce qu’il a vécu avec l’ancien Premier ministre, quand il était encore là

En effet, Pascal Affi N’Guessan, lors de la cérémonie d’hommage à Hamed Bakayoko, a laissé entrevoir qu’Hamed Bakayoko n’était qu’un simple adversaire politique et non un ennemi. « Comme vous, j’ai été frappé de sidération à l’annonce de sa brutale maladie. J’ai encore du mal à accepter qu’Hamed nous a quittés définitivement. Comme vous, comme tous nos compatriotes, ma peine est aujourd’hui immense », a-t-il indiqué.

« La fraternité, c’était ce qui nous unissait au-delà de nos différences, de nos divergences. Car si Hamed avait des adversaires politiques, il ne les considérait, jamais, comme des ennemis. Hamed était combatif, totalement loyal à ses convictions, mais inlassablement désireux de préserver ce qui était pour lui l’essentiel: le dialogue. Et sur ce point, nous nous retrouvions toujours. Il était animé par un sincère esprit de réconciliation, d’unité et de fraternité », a poursuivi Affi N’Guessan.

Il a également souligné que la mort de Bakayoko « nous oblige à rester fidèles à cet esprit de dialogue. Elle nous oblige à ne pas oublier que la rupture mène toujours à l’impasse. Elle nous oblige à retrouver le chemin de l’unité. Elle nous oblige à prendre le risque de la réconciliation. C’est en réalité le plus bel hommage que nous pourrions lui rendre ».

SK


Partager l'article