18 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Affi supplie les militants de rester au Fpi

Partager l'article

Au micro de la chaîne de radio Bbc Afrique, Pascal Affi Nguessan a supplié, à mots voilés, les militants du Fpi à ne pas quitter le parti pour une nouvelle aventure avec Laurent Gbagbo. 

« Étant donné la nouvelle situation créée par le Président Gbagbo qui est quitte le Fpi, il met les Gbagbo ou rien (Gor) dans une situation inconfortable ». Voilà ce qu’Affi N’guessan déduit du discours de rupture du fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi), prononcé le 09 août 2021, au Palais de la culture de Treichville. 

Laurent Gbagbo a ainsi décidé de faire cavalier sans son ex-Premier ministre et président légal du Fpi, formation politique qu’il qualifie « d’enveloppe ».

Mais ce que l’on constate dans les réactions d’Affi N’guessan, c’est que l’homme a beaucoup de mal à contenir le lot de militants qui le quittent. Parmi ces derniers, se trouve l’ex-Première dame, Simone Ehivet Gbagbo, par ailleurs première vice-présidente du parti qu’il dirige.« Je leur dis qu’il faut rester. Il y a un héritage, il y a un patrimoine, il y a une expérience de victoire, de souffrance. Il ne faut pas les abandonner pour une nouvelle aventure », a supplié Affi N’guessan sur les antennes de Bbc Afrique, il y a quelques jours. 

Reconnaissant, pour autant, à ses militants, le droit pour eux de choisir entre le Fpi et le nouveau parti.

N’empêche qu’Affi N’guessan nourri toujours l’espoir de les avoir dans son ‘’enveloppe’’, à cause de cette évidente raison qu’il a évoqué. « … la plupart d’entre eux sont quand-même militants du Fpi, même s’ils sont en désaccord avec moi, ils sont d’abord, militants du Fpi. Donc pour eux aujourd’hui, la question est de choisir entre la contradiction principale qui est de quitter le Fpi pour aller fonder un autre parti, et la contradiction secondaire qui sont les incompréhensions que nous avons (…). Je ne leur conteste pas ce droit. Mais je fais mon travail qui est d’appeler au rassemblement, d’expliciter les enjeux, d’indiquer pourquoi ces camarades ont intérêt à rester au Fpî et à trouver avec nous le compromis pour que nous puissions avancer ensemble. Ceci dit, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent et nous prendrions acte de ce qu’ils auront décidé et nous continuerons notre marche en avant », s’est-il justifié.

Soutenant qu’en tant que responsable politique, son devoir est d’appeler au rassemblement. « Maintenant si certains estiment que leur avenir politique se trouve avec le Président Gbagbo, où qu’il aille et quoi qu’il fasse, c’est leur droit », a-t-il insisté.

Dans le fond, le désormais adversaire politique de Laurent Gbagbo, compte ‘’remodeler le parti, par rapport à son identité idéologique, il faut rompre avec l’extrémisme, certaines tendances xénophobes, tribaliste etc. … Il faut repenser la politique économique.’’, avec ceux qui rempliront sa fameuse ‘’enveloppe’’. 

De sorte à ne plus causer de tort aux Ivoiriens, ni dresser toute la communauté internationale contre la Côte d’Ivoire.

F.K.D.


Partager l'article