25 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara pardonne définitivement à Amon Tanoh

Partager l'article

Les Ivoiriens parleront longtemps du Président Alassane Ouattara et du tout nouveau Secrétaire exécutif du Conseil de l’entente, Marcel Amon Tanoh. Non pas pour la nomination du second par le premier à ce poste, mais pour la leçon de pardon et d’humilité dont le chef de l’Etat ivoirien vient de faire preuve. Il a fait fi des durs propos de son ex-directeur de cabinet, qui a ensuite été son ministre des Affaires étrangères, tenus la veille des élections présidentielles de 2020, pour définitivement pardonner à Marcel Amon Tanoh.

« Je reconnais n’avoir pas été totalement fidèle à mon engagement de montrer aux ivoiriens qu’il est possible de faire de la politique différemment, en sachant, malgré nos désaccords, garder le bon ton, sans proférer d’invectives et sans porter de jugements de valeur. Je pense notamment aux propos que j’ai tenus le 10 octobre 2020, au stade Félix Houphouët-Boigny, envers le président de la République, Alassane Ouattara. Voter pour un Président, c’est lui confier notre pays à gérer. Dire qu’il nous le rende, n’est qu’une manière d’exprimer une divergence sur certains aspects de la gestion des affaires publiques, mais en aucun cas de suggérer qu’il n’est pas ivoirien, comme il me revient que beaucoup de mes compatriotes l’auraient compris. Néanmoins, le fond ne justifiait pas la forme, or la forme l’emporte sur le fond. J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens ».

Propos d’Amon Tanoh, tenu ce mardi 4 janvier 2022, à la cérémonie de passation de charges au Conseil de l’Entente, sis à Cocody Angré, entre le ministre Patrice Kouamé, (Secrétaire exécutif sortant) et le ministre Marcel Amon-Tanoh (Secrétaire exécutif entrant).

Il est à espérer que l’heureux nommé saura saisir la seconde chance, pour réchauffer ses relations avec Alassane Ouattara, qui n’attendait que ça.

Frimo KD


Partager l'article