18 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire / Après la rencontre Gbagbo-Ouattara : Sam l’Africain se vide

Partager l'article

Deux (2) jours après la rencontre des Présidents Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo (c’est-à-dire le 27 juillet), le président de la Nouvelle alliance de la Côte d’Ivoire pour la patrie (Nacip), Sam l’Africain, s’est prononcé sur les retrouvailles du Palais présidentiel d’Abidjan.

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 29 juillet, le proche du Président Gbagbo s’est dit très ” satisfait ”
de ce que les Ivoiriens ont vécu le mardi dernier.

” Pendant que mon mentor était en Belgique, j’ai souhaité que le chef de l’Etat de Alassane Ouattara, fasse une délégation pour aller rendre visite à son jeune frère, Laurent Gbagbo, échange avec lui et lui fasse des facilités de retour au pays. J’avais aussi souhaité qu’il se rende à l’aéroport le 17 juin 2021 pour l’accueillir. Rien n’y fit. Mais Dieu faisant chaque chose en son temps, la rencontre de ces deux (2) personnalités me réconforte beaucoup ”, s’est-il réjouit.

Invitant les acteurs politiques à peser leurs propos avant de se prononcer désormais sur les faits et gestes des leaders politique qui sont hiérarchiquement au-dessus d’eux. Car ” aujourd’hui, la honte se trouve du côté de ceux qui ont proféré des propos de haine à l’endroit des deux Présidents ”, a-t-il fait remarquer.

Dans la logique d’homme qui croit en une nouvelle alliance pour la Côte d’Ivoire, Sam l’Africain s’est dit convaincu que le jeune frère aura gain de cause à sa requête fait à l’aîné sur les prisonniers politiques.
” Je crois bien que si Ouattara a tendu la main à Gbagbo qui s’est identifié, lui-même, comme le chef de file de tous ceux qui sont encore en prison du fait de la crise post-électorale de 2011, il fera ce geste, qui va libérer les cœurs de beaucoup de familles, au nom de la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Parce qu’il a dit que la crise est désormais derrière nous ”, s’est persuadé le président de la Nacip.

Revenant sur sa déclaration d’adhérer au Rhdp pour combattre Gbagbo, si ce dernier venait à s’allier au président du Pdci, Konan Bédié, le conférencier s’est voulu très clair : ” j’ai fait cette déclaration en 2019, lorsque Bédié a affirmé que la place de Gbagbo est bien à la Cpi. Je n’avais pas apprécié cela et je l’ai dit clairement. Mais aujourd’hui, vous constatez que l’eau à coulé sous le pont. Mon mentor est au pays. Il a renvoyé l’ascenseur à Bédié qui lui a rendu visite en Belgique. Il a été au Palais présidentiel parler avec Ouattara qui a facilité son retour au pays. Il n’a pas encore signé d’alliance avec aucun de ses frères aînés. Mais sachez que si Laurent Gbagbo dit d’aller à droite ou à gauche, je suis prêt à le suivre dans le combat politique ”, a-t-il précisé.

Dans l’espoir, cependant, qu’une plate-forme sera mise en place et dans laquelle tous les acteurs vont se retrouver pour accompagner le processus de réconciliation en cours.

Frimo K. D.


Partager l'article