29 novembre 2023

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Augmentation du carburant, Soumahoro Mamadou exprime sa déception “Nous sommes désespérés”

Partager l'article

L’augmentation des prix du carburant pour le mois d’octobre est un coût dur pour les transporteurs et les usagers.

Dans un contexte de la cherté de la vie, le samedi 30 septembre dernier, le gouvernement a procédé à l’augmentation des prix du carburant.

Le super passe à 875 FCFA le litre et 715 FCFA pour le gas-oil, soit une hausse de 60 FCFA.

Le président de la maison des transporteurs de Côte d’Ivoire (MTCI)Soumahoro Mamadou, a exprimé sa déception face à ces nouvelles augmentations.

Ces nouvelles augmentations sont pour le président de la MTCI un échec pour le Haut-conseil des transports.

“Nous sommes désespérés parce que malgré nos cris, le gouvernement regarde faire. Nous sommes asphyxiés et nous sombrons chaque jour dans la misère, parce que nous sommes pour la plupart des analphabètes. On veut nous mettre à genoux et nous contraindre à revendre nos véhicules ?”, s’interroge le président de la MTCI .

Poursuivant, Soumahoro Mamadou a dénoncé les tracasseries routières.

” Bingerville-Adjamé compte 8 barrages, Abobo- Adjamé, ce sont 11 barrages qu’il faut franchir et de N’dotré à Yopougon, les transporteurs butent sur 8 barrages sans oublier la police municipale. Pourtant on nous parle de 33 barrages pour toute la Côte d’Ivoire. La vraie plaie, ce sont donc les rackets et non le carburant. Reglez ça et personne ne vous gênera même si vous augmentez le carburant chaque jour”, a-t-il précisé.

Revenant sur l’augmentation du prix du carburant pour ce mois d’octobre, le fondateur de la MTCI a exprimé sa déception.

“Le gouvernement aurait dû nous associer à cette importante décision. Mais ce n’est pas le cas. Nous nous sentons abandonnés. Mais vraisemblablement, nous ne nous plaignons pas. Pour la simple raison que l’augmentation du prix du carburant n’est pas le vrai problème des transporteurs. Nous n’allons pas faire de grève pour une augmentation du prix du carburant parce que nous sommes conscients que ces prix viennent du cours mondial des hydrocarbures”, a martelé Soumahoro Mamadou.

Enfin, le président de la MTCI a dénoncé le fait que le gouvernement ivoirien semble fermer les yeux. Selon lui, les tracasseries routières, le phénomène des Gnambros, les faux frais, les papillons et les nombreux barrages.

“Nos réels problèmes, ce sont les bandits communément appelés Gnambros à qui le chauffeur de gbaka paye 25000F par jour. Ce sont les policiers, les gendarmes et les polices municipales qui nous traquent chaque jour et à qui on débourse 12000 à 15000 par jour et par gbaka. A cela faut il ajouter le problème du papillon qu’on supprime pour imposer un autre plus cher à 50 000 f malgré les nombreuses interpellations. C’est trop compliqué !”, a-t-il dénoncé .

Essoh Aka


Partager l'article