30 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire / Délivrance de la Carte Nationale d’Identité : Les ivoiriens attendent des solutions du gouvernement

Partager l'article

Ce week-end, l’équipe d’Ovajab-Media a investi les rues d’Abidjan, en vue d’aborder la question de la nouvelle Carte Nationale d’Identité (CNI).

En effet, l’ONECI(l’Office National de l’Etat Civil et de l’Indentification) a, il y a un an de cela, lancé l’opération d’enrôlement pour les nouvelles cartes d’identité. Ce qui a été bien accueilli par l’ensemble de la population.

Par ailleurs, le souci se situait au niveau du coût de cette opération qui s’élevait à 5000. Une opération qui auparavant était gratuite. C’est également cette situation qui a engendré un faible taux de personnes enrôlées. Selon des sources officielles, sur 11 millions de personnes visées par l’Office National de l’Etat Civil et de l’Indentification (ONECI), les deux premières années, il n’y a seulement que 2,5 millions de personnes enrôlées et 1 million de cartes distribuées à ce jour.

Une situation qui d’ailleurs inquiète les populations, puisque les anciennes pièces ne seront plus valables à compter du 30 juin 2021. Une situation embarrassante qui pousse certains à demander au gouvernement d’encore proroger la date limite de validé de l’ancienne carte. Selon M. Olivier, journaliste de formation << il serait mieux que l’Etat proroge encore le délai de rigueur de l’ancienne carte nationale d’identité, dans la mesure où la délivrance de la nouvelle tarde >>, a-t-il souhaité.

Par contre, dame KH souhaiterait que les nouvelles pièces soient disponibles le plus tôt possible. << Aujourd’hui, en tant que veuve, pour n’importe quelle transaction, l’on exige une carte nationale d’identité. Alors, je vous demande pardon, on a besoin de nos cartes. Reportez la date limite n’est pas la solution. On veut nos cartes >>, a-t-elle martelé.

Au terme de notre investigation, nous retenons tout simplement que les populations attendent que l’Etat trouve rapidement une solution face à cette situation qui devient très embarrassante.

SK


Partager l'article