29 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire / Diffusion d’informations sur internet : Les auteurs désormais soumis à des règles

Partager l'article

Longtemps menacés de sanctions par le Procureur de la République de Côte d’Ivoire, les auteurs de déclarations tapageuses, par vidéos ou shorts posts, parfois peu courtois et haineuses contre d’autres citoyens, devront réfléchir par deux (2) fois, avant de sortir sur la toile.

Le Président Alassane Ouattara vient de prendre une ordonnance qui va canaliser ces incontrôlés, nés de l’avènement d’internet en Côte d’Ivoire et dont certains s’autoproclament journalistes. Sans connaître les bases élémentaires de ce noble métier.

Depuis le 9 mars 2023, et à travers les deux (2) projets de loi adoptés par le Conseil des ministres, à savoir : le projet de loi modifiant la loi n° 2017-867 du 27 décembre 2017 portant Régime Juridique de la Presse et celui modifiant la loi n° 2017-868 du 27 décembre 2017 portant Régime Juridique de la Communication Audiovisuelle, les autorités ivoiriennes veulent sévir.

” Ces projets de loi modificatifs visent à prendre en compte et à assurer une régulation efficiente des mécanismes nouveaux et croissants de communication publique dont le développement nécessite une adaptation constante du cadre légal existant. Il s’agit notamment des activités de communication audiovisuelle et des productions d’informations numériques, diffusées par Internet et autres réseaux multimédia, qui insuffisamment pris en compte par la législation, échappent au contrôle des autorités de régulation du secteur de l’Information et de la Communication, à savoir l’Anp et la Haca.
Ces différentes modifications permettront de soumettre tous ces contenus audiovisuels et productions d’informations numériques, diffusées notamment par les acteurs d’Internet dont les blogueurs, activistes ou influenceurs, au respect des principes généraux de l’Information et de la Communication.
Elles permettront également de protéger les mineurs contre les contenus susceptibles d’affecter leur développement physique, mental ou moral, et de prémunir le grand public contre certaines infractions courantes telles que l’incitation à la haine, à la discrimination ethnique, sociale et religieuse, à la xénophobiep ou à la provocation publique ”, selon le porte-parole du gouvernement, le ministre ivoirien de la Communication, des Médias et de la Francophonie.

En clair, plus rien ne restera impuni dorénavant sur internet. Plus personne n’échappera ni à la vigilance de l’Anp et la Haca, ni même à des sanctions judiciaires, pour des cas de diffamations ou injures gratuites envers autrui.

Une ferme volonté du gouvernement d’assainir, enfin, ce milieu qui doit revenir aux seuls professionnels du métier de l’information et de la communication.

Frimo KD


Partager l'article