1 mars 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Édito, la Maestria politique du PDCI, résilience face à l’adversité et redéfinition de l’unité

Partager l'article

Les récents développements au sein du PDCI sont dignes d’une analyse approfondie, révélant une remarquable maîtrise politique de la part de ses dirigeants. Confrontés à une décision judiciaire inattendue suspendant leur Congrès, ces vétérans politiques ont réussi à transformer le cours des événements de manière magistrale.

En adoptant des résolutions apaisantes lors du Bureau Politique du 19 décembre, les dirigeants du PDCI ont non seulement dissipé les sombres pronostics de la disparition imminente de leur parti, mais ont également adressé un message fort à leurs détracteurs au sein du RHDP. Ces derniers, déjà en train de rédiger des éloges funèbres anticipés, ont été pris de court par la réaffirmation de l’unité au sein du PDCI.

Le premier acte de cette pièce politique a consisté à étouffer dans l’œuf les espoirs de ceux qui espéraient une fragmentation interne du parti. En rétablissant une paix interne manifeste, les leaders du PDCI ont contrarié les prévisions pessimistes et ont montré une solidité remarquable face à l’adversité.

Le deuxième acte, tout aussi crucial, a placé la justice dans une position délicate. La décision du Bureau Politique de poursuivre le Congrès électif, malgré la suspension initiale, crée un dilemme pour le système judiciaire. Comment réagir face à une réconciliation interne et à la volonté affirmée du parti de poursuivre son processus démocratique ?

Cette situation rappelle la sagesse d’un proverbe ivoirien selon lequel “le poisson vit dans l’eau, mais on peut le noyer dedans quand même”. Les dirigeants du PDCI ont su naviguer habilement dans les eaux tumultueuses de la politique, préservant l’essence même de leur parti malgré les tentatives extérieures de le fragiliser.

En fin de compte, cet épisode politique révèle la résilience et la sagacité des responsables du PDCI. Leur décision de tenir le Congrès électif le 22 décembre à Yamoussoukro témoigne d’une détermination à défendre les principes fondateurs du parti, défiant ainsi les prédictions sombres et consolidant leur position dans le paysage politique ivoirien.

 

 

Essoh Aka


Partager l'article