14 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Gbagbo retiré de la liste électorale, le PPA-CI interpelle les chefs traditionnels et la société civile, voici les actions prévues

Partager l'article

La commission électorale indépendante (CEI) a remis aux partis politiques la liste électorale provisoire le 20 mai 2023. Sur cette liste ne figure guère le nom de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, qui s’était fait enrôler le 30 novembre 2023.Laurent Gbagbo a été retiré de la liste électorale suite à sa condamnation à 20 ans de prison dans l’affaire du casse de la BCEAO en 2010-2011. Ce mercredi 31 mai 2023, Hubert Oulaye, président exécutif du Parti des Peuples Africains – Côte d’Ivoire (PPA-CI) était face à la presse à Cocody pour donner la position de sa formation politique.Pour lui, le retrait de Laurent Gbagbo de la liste électorale est une violation flagrante du code électoral par la Commission Électorale Indépendante. Au cours d’une réunion urgente tenue le 27 mai 2023, le PPA-CI a analysé le refus de la réinscription de Son Excellence le Président Laurent Gbagbo sur la liste électorale provisoire par la CEI. Ainsi ce jour en face de la presse, Hubert Oulaye a fait savoir qu’il est surréaliste et inadmissible d’imputer des faits de braquage de la BCEAO à Laurent Gbagbo, homme de probité morale indiscutable alors que la BCEAO elle-même n’a jamais signalé avoir été l’objet d’un quelconque braquage par le gouvernement du Premier Ministre Aké N’gbo, lors de la crise post-électorale de 2010-2011. Selon le président exécutif du PPA-CI, seuls braquages que la BCEAO reconnaît à ce jour et qui figurent dans ses archives sont ceux de ses agences de Korhogo, Man et de Bouaké, lesquels ont eu lieu en septembre 2003. A la vérité, selon le conférencier le « procès pour braquage » et la condamnation fantaisiste à 20 ans en Côte d’Ivoire sont intervenus lorsque le régime d’Abidjan a eu la certitude que la CPI allait acquitter le prévenu Laurent Gbagbo faute de preuves à son encontre. Le gouvernement ivoirien s’est alors précipité pour organiser un simulacre de procès dont l’issue était connue d’avance.Laurent Gbagbo a été condamné en vue de l’écarter arbitrairement de la scène politique ivoirienne, a soutenu Hubert Oulaye, c’est ce qui pour lui, justifie le simulacre de procès sur fond de panique qui s’est tenu en totale violation des lois et procédures en vigueur en Côte d’Ivoire.« A la vérité, le Régime RHDP, faute d’avoir réussi à maintenir le Président Laurent Gbagbo dans les liens de la détention à la Haye, et craignant de le voir descendre à son retour en Côte d’Ivoire dans l’arène politique, a fait l’option de produire, en totale violation de la Constitution et des lois, une décision judiciaire, fondée sur du « faux » pour le tenir à l’écart de toute compétition électorale, en lui retirant arbitrairement son droit citoyen d’électeur et d’éligibilité. », a déclaré Hubert Oulaye. Le parti de Gbagbo condamne vigoureusement et solidairement le gouvernement et la CEI pour violation des lois et des procédures en vigueur en refusant d’inscrire le nom de Laurent Gbagbo, sur la liste électorale. Le PPA-CI rejette totalement la mesure illégale et discriminatoire d’exclusion de Laurent Gbagbo de la liste électorale et exige le rétablissement immédiat de ses droits citoyens d’électeur et d’éligibilité. Le parti de Gbagbo interpelle Chefs et autorités traditionnelles, les Responsables religieux, les associations de la société civile, la Communauté internationale, les pays amis de la Côte d’Ivoire, les organisations partenaires au développement de la Côte d’Ivoire, sur l’injustice inacceptable faite au Président Laurent GBAGBO et sur les risques qui pèsent sur les élections prochaines.Enfin, le PPA-CI informe qu’il rencontrera les Représentants des pays amis ainsi que des Partenaires au développement de la Côte d’Ivoire, les Responsables religieux, les chefs et Autorités traditionnelles, la Société civile en vue de leur présenter la situation périlleuse dans laquelle le pouvoir en place veut précipiter à nouveau la Côte d’Ivoire à l’orée des élections à venir.

Essoh Aka


Partager l'article