30 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Le parti politique “Force aux peuples” se prononce sur la cherté de la vie

Partager l'article

Le Président de la République, pour prévenir et contenir la crise économique dérivant de la guerre en Ukraine, a décidé de mettre fin aux fonctions du Gouvernement Achi Patrick 2. Il soutient la nomination d’un gouvernement plus restreint en vue de la réduction des dépenses publiques au profit des actions sociales. Cette décision qui est à saluer, il faut bien le reconnaître, est tout de même prise trop tardivement.


La crise, notamment sociale, existe depuis bien longtemps dans notre pays. En effet, après la guerre de 2011, les populations vivaient dans un chaos total, avec un taux de pauvreté de 51%, considéré comme l’un des plus faibles de l’histoire de notre jeune nation ; cela n’a pas empêché le Président de la République d’avoir un gouvernement de 36 membres.
Par la suite, bien que le taux de pauvreté ait baissé de près de 5 points, le pouvoir d’achat réel des populations n’a pas augmenté compte tenu des prix élevés sur les marchés. Le Président de la République a dès lors mis en œuvre une politique sociale dénommée « programme social du Gouvernement 2019-2020 » sans se soucier du nombre pléthorique de ministres et secrétaires d’Etat, oscillant entre 30 et 41.

Pour autant, il n’est jamais tard pour bien faire, même si cet axe choisi n’est pas le seul à prendre pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.
Ainsi pouvons-nous aisément nous interroger sur la volonté réelle du Chef de l’Etat de lutter contre la vie chère.

Des actes réglementaires pris récemment alimentent nos interrogations. Ce sont, entre autres, le décret n°2021-860 du 15 décembre 2021 portant réglementation des transports publics particuliers de personnes et l’arrêté n°025/MCI/CAB du 01 avril 2022 fixant les caractéristiques et le prix des pains baguettes vendus en Côte d’Ivoire.
Relativement au décret, il ne faut pas s’y méprendre : le pouvoir libéral continue de prendre des mesures dans l’intérêt du grand capital, au grand dam des emplois et des revenus ; cela a été le cas pour la mesure subjective et destructrice d’interdiction de l’importation des véhicules de moins de 5 ans. L’on est fondé à donc continuer de s’interroger sur le réalisme et le pragmatisme de la gouvernance qui devrait être faite en fonction des intérêts des peuples et non en fonction des intérêts des grands consortiums.

En ce qui concerne l’arrêté, la fixation de « deux prix » pour le pain, il suffisait tout simplement de subventionner ce produit de grande consommation pour préserver la marge bénéficiaire des entreprises. Mais que non !
Si manifestement le gouvernement libéral ne peut pas bloquer les prix des produits de première nécessité, alors il convient qu’il augmente le pouvoir d’achat de nos populations, ce qu’il ne fera certainement pas. C’est pourquoi, nous pensons qu’après plus de quarante ans de gouvernance libérale, il convient de mettre en place une gouvernance sociale qui saura mieux défendre les intérêts des peuples et leur offrir un mieux-être.

Force aux Peuples, votre parti, pourra le faire avec vous. Il est possible d’allier croissance économique durable et bien être partagé. Notre projet de société est assez convaincant sur la question. Il met en lumière plusieurs politiques sociales, notamment la nécessaire augmentation de la consommation nationale à l’effet de donner sens à la création d’entreprise ivoirienne. Ainsi, booster la création des entreprises autogérées pour régler à moyen terme la problématique de l’emploi et de l’augmentation des revenus.
Il n’y a pas de fatalité dans ce phénomène de cherté de la vie, il est possible d’inverser cette réalité.
Ensemble nous le ferons.

Force à tous
Force aux peuples

Le Président
Innocent GNELBIN


Partager l'article