21 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : ONECI et SNEDAI barbotent l’Etat

Partager l'article

Le rapport de la Cour des Comptes met en lumière une problématique de non-conformité des organismes concernés, tels que l’ONECI et la SNEDAI, dans le versement intégral des ressources de l’État liées à la délivrance des Cartes Nationales d’Identité et des passeports. Selon la loi, une partie des droits de délivrance doit être reversée au Trésor Public pour contribuer au financement des dépenses publiques.

Les données présentées dans le rapport révèlent un écart important entre les montants prévus par la loi et les sommes effectivement reversées. Cela signifie que les fonds attendus ne sont pas intégralement perçus par l’État, ce qui soulève des questions quant à la gestion des fonds publics et à l’application de la législation en vigueur.

Dans une perspective plus large, il est crucial que les organismes de l’administration publique respectent leurs obligations financières afin de contribuer au bon fonctionnement de l’État et au développement du pays. Les ressources provenant des droits de délivrance des CNI et des passeports sont une source de financement importante pour le Trésor Public, car elles permettent de soutenir les dépenses publiques nécessaires à la fourniture de services essentiels à la population.

Le non-respect de ces obligations pourrait avoir des conséquences néfastes sur les finances publiques, affectant ainsi la capacité de l’État à financer des projets et services essentiels. Par conséquent, il est impératif que des mesures soient prises pour garantir que les organismes responsables respectent les dispositions légales en termes de versement des ressources de l’État et assurent une gestion transparente et responsable des fonds publics.

Les recommandations du rapport de la Cour des Comptes devraient être prises en compte par les autorités compétentes afin de résoudre cette problématique et de garantir l’intégrité et la transparence des opérations financières liées à la délivrance des CNI et des passeports. Cela pourrait impliquer la mise en place de mécanismes de suivi plus rigoureux, des sanctions en cas de non-respect des obligations financières, ainsi que des audits réguliers pour assurer la conformité aux dispositions légales.

En conclusion, la situation révélée par le rapport de la Cour des Comptes concernant le non-versement intégral des ressources de l’État par l’ONECI et la SNEDAI soulève des préoccupations quant à la gestion des fonds publics et à l’application de la législation en vigueur. Des mesures doivent être prises pour résoudre cette problématique et garantir que les organismes responsables respectent leurs obligations financières, contribuant ainsi au développement du pays et au bien-être de la population.

SK

Ovajabmedia.com


Partager l'article