14 avril 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Poursuite du camp Ouattara, l’OIDH invite la CPI à accélérer le dossier

Partager l'article

Par courrier en date du 3 octobre 2022, l’OIDH invitait le Bureau du procureur à une plus grande célérité dans le dénouement des enquêtes relatives à la situation en Côte d’Ivoire II.

En effet, le bureau du procureur de la CPI a été autorisé à enquêter le 3 octobre 2011, puis en février 2012 pour l’ensemble
de la période allant de 2002 à 2010 afin de couvrir tous les crimes commis dans l’intervalle et
ressortissant de sa compétence.

“Nous avons bien pris connaissance de votre réponse en date du 7 novembre 2022, dans laquelle vous nous avez renvoyés à vos précédentes déclarations publiques et au rapport annuel du 12
août 2021 portant référence ICC-ASP/20/7. Vous y avez souligné l’engagement de votre Bureau
à poursuivre les enquêtes dans la situation en Côte d’Ivoire de manière indépendante et
impartiale, conformément à l’article 54 du Statut de Rome, en respectant les exigences de
confidentialité requises.
Cependant, un an après la réception de votre réponse, l’OIDH demeure en attente de développements significatifs concernant les enquêtes et éventuellement les poursuites
judiciaires dans cette situation cruciale dans laquelle les ivoiriens attendent encore la manifestation de la vérité. Il est évident que la réconciliation nationale sera perçue ou continuera
d’être qu’une vue de l’esprit tant que ne seront pas adressées avec sérieux les violences du
passé. Des signaux forts en matière de lutte contre l’impunité méritent d’être donnés pour mettre
fin au cycle de violences politiques en Côte d’Ivoire”, précise un communiqué de l’OIDH parvenu à notre rédaction.

L’OIDH maintient par ce courrier un intérêt constant pour
l’évolution de cette situation et sa préoccupation pour la justice et la réconciliation en Côte
d’Ivoire persiste. Raison pour laquelle elle demande à quel stade est le bureau du procureur
avec les enquêtes et les poursuites concernant la situation en Côte d’Ivoire.

“Conscient que le travail de la CPI peut être complexe et que le respect des procédures est essentiel, nous sollicitons respectueusement une mise à jour de la situation actuelle et des progrès réalisés depuis nos échanges épistolaires. L’OIDH et les victimes continuent de suivre
attentivement cette question et croient fermement en l’importance de la justice pour la consolidation de la paix et de la stabilité en Côte d’Ivoire”, conclut le communiqué.

Essoh Aka


Partager l'article