25 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Côte d’Ivoire : Soutien du PPA-CI aux familles des détenus

Partager l'article

Blaise Lasm, Secrétaire National Technique du PPA-CI en charge des Détenus politiques, a entamé, ce mercredi 13 juillet 2022, dans les communes de Yopougon et d’Agboville, la première phase des visites de soutien et de compassion du PPA-CI aux familles des Détenus politiques.

Ces visites font suite à la mise en œuvre de la matrice d’actions du Secrétariat National Technique du PPA-CI en charge des Détenus politiques, mais interviennent surtout après des instructions fermes du Président Laurent Gbagbo, Président du PPA-CI, qui a insisté sur le soutien et l’assistance aux détenus liés aux crises politiques et recommandé que cette assistance solidaire touche également les familles afin qu’elles sachent que ni elles, ni leurs parents détenus ne seront abandonnés.

A cette première phase, et au nom du Président Laurent Gbagbo, Président du PPA-CI, Blaise Lasm, en plus d’un soutien financier, a fait des dons en vivres et non-vivres à six familles vivant dans les quartiers Koweit, Niangon, Maroc, Micao, Ananeraie, Andokoi de la commune de Yopougon et une famille vivant dans la commune d’Agboville. Il y a trouvé des familles désorganisées et déstructurées, par l’emprisonnement de leur pilier, mais restées dignes dans la douleur. Il a pu cerner à nouveau l’impérieuse nécessité de faire libérer ces pères de familles dont l’absence crée un traumatisme certain chez les enfants et ces épouses.

Quant à la libération de leurs parents, toutes ces familles visitées notent un grand espoir en la rencontre de ce jeudi 14 juillet 2022 entre le Président de la République, Alassane Ouattara, et ses deux prédécesseurs, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Il était accompagné, pour la circonstance, des membres de son Cabinet et des membres du Bureau Fédéral de Yopougon, avec qui il a été convenu de maintenir le contact et d’intensifier les rapports, avec ces familles, même après la libération de leurs parents.


Partager l'article