1 mars 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire / L’OID dresse le bilan de l’année écoulée

Partager l'article

L’observatoire International des questions de droits de l’Homme ( OID) a rendu public le bilan de son exercice 2023. Cela, lors d’une rencontre avec la presse a son siège dans la commune de Cocody.

Selon son président Arsène Touho, le bilan de l’année 2023 est mitigé. « (…)Cette année 2023 a vu l’entrée en vigueur de deux projets de lois adoptés par le Parlement, portant modification des législations relatives à la presse et à la communication audiovisuelle. Si l’objectif déclaré de ces lois est de lutter contre la diffusion de fausses informations par les personnes actives sur internet, notamment les blogueurs et les militants politiques, l’OID a noté que l’opinion publique a marqué son inquiétude quant au détournement de ces deux textes dans le sens de la répression du droit fondamental à la liberté d’expression en ligne et à prendre pour cibles les auteurs de critiques envers le pouvoir.

Par ailleurs, les élections locales du 2 septembre 2023 se sont déroulées dans un calme général. Cela s’est traduit d’une part, par la participation, sans obstacle majeur, des électeurs au scrutin et par le choix effectué par certains candidats de recourir aux voies et procédures légales de contestation plutôt qu’à la violence. L’OID y voit un signe de renforcement de la démocratie et de la jouissance du droit fondamental au vote », a fait savoir Arsène Touho, avant de relever quelques faits marquants : « Aussi, durant l’année écoulée, l’OID a assisté plusieurs dizaines de personnes victimes de violation de leurs droits fondamentaux : c’est le cas de la cinquantaine de salariés ayant fait l’objet d’un licenciement économique par leur employeur exerçant dans le domaine du café-cacao ; c’est également le cas du syndicat de salariés d’un grand groupe industriel dont la liberté syndicale a été fortement contrariée par des actes répétés de pression ayant débouché au musèlement de la liberté syndicale au sein de l’entreprise. Toutes ces affaires sont en cours de résolution en rapport avec les différents employeurs qui se montrent favorables à un règlement amiable.

Enfin d’après les chiffres d’une étude menée en octobre 2021 par le Docteur Appiah ADOU pour le compte du Bureau International du Travail, en Côte d’Ivoire, près de 66% des salariées sont victimes de harcèlement sexuel au travail ».

Selon lui, l’ambition en 2024 de l’OID est de faire baisser ce chiffre.

« Au demeurant, l’Observatoire note avec satisfaction ses premiers contacts avec l’organe de tutelle que représente le Conseil National des Droits de l’Homme.

Aussi, la séance de travail du 14 novembre 2023 a-t-elle été suivie de la participation active de notre Think-Tank à la 43e session du forum des droits de l’Homme organisée le 23 novembre 2023 au siège du CNDH à Abidjan », a-t-il indiqué avant de lancer cet appel.

« Ivoiriens, ivoiriennes, chers concitoyens du monde résidant en Côte d’Ivoire, au regard du bilan 2023 des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire dont une photographie indicative vient d’être présentée, l’OID s’engage à jouer pleinement son rôle aux côtés du CNDH et de la société civile pour une société ivoirienne plus juste et plus égalitaire pour tous, pour l’année 2024 et pour l’avenir ».

BS


Partager l'article