8 février 2023

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Entretien / S.E SOMA DAO (cadre de Kolia et ambassadeur de la paix) : «Que la réconciliation nationale ne soit pas une vue de l’esprit mais actée»”Ce que veut l’Ivoirien c’est le partage de la richesse et non la misère.

Partager l'article

Pour ce faire il doit avant tout contribuer à créer la richesse”. Cette assertion du père de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët-Boigny, reste le leitmotiv de l’ambassadeur de la paix, S.E SOMA DAO.

Dans cette interview, ce cadre de Kolia appelle de tous ses vœux à la réconciliation nationale vraie et invite la population de la Bagoué à œuvrer pour la cohésion sociale et le développement durable de sa région.

Depuis quelques temps, les populations de la Bagoué constatent avec amertume des actes de certains de ses cadres visant à mettre en mal la cohésion sociale.

Quel regard portez-vous sur cette situation ?

Vous savez les échéances électorales locales notamment les municipales et les régionales attisent beaucoup de tensions. Les partisans de toutes les chapelles politiques tiennent souvent des propos qui impactent le quotidien des populations. Les paroles désobligeantes lancées ça et là pour se donner du crédit causent des fissures au sein des populations, qui sont bien obligées de prendre partie à leur corps défendant. Et qui bien souvent restent bouchent bée devant les graves dissensions internes qui entraînent des conflits ouverts entre groupes de jeunes, de femmes, en somme au sein des forces vives de cette population de la Bagoué. Nous déplorons cet état de fait, raison pour laquelle nous œuvrons autant que faire ce peut pour éviter des tiraillements et des manquements. Nous axons plus les débats qui ont cours sur les projets de développement durable et faisons la promotion du bien vivre ensemble. Pour vulgariser la concorde et l’entente, mères du progrès.

A vous entendre, la situation actuelle n’est pas reluisante dans la Bagoué. Dans pareil cas, que doit-on faire pour y parer, selon vous ?

Les populations ont toujours vécu en bonne intelligence. Les mécanismes traditionnels de résolution de conflits existent. Les guides religieux et les chefs coutumiers jouent pleinement le rôle de médiation et de gardiens de la quiétude, qui doit prévaloir pour assoir l’essor dans nos contrées. Nous échangeons avec toutes les parties pour leur indiquer que les enjeux ne doivent donner vie à des palabres interminables.

Mais plutôt mettre en exergue les ambitions légitimes pour le mieux-être des populations locales, qui ne demandent qu’à recevoir les bienfaits du progrès.

C’est en étant dans cet état d’esprit que le succès sera impérativement au rendez-vous dans toutes les entreprises et initiatives. C’est à ces vœux pieux que nous appelons tous.

Prendrez-vous part aux prochaines joutes électorales?

Toute affirmation ou acceptation émane du créateur. Pour l’heure, je m’attelle à répondre aux sollicitations comme à l’accoutumée. Si je dois être candidat ce sera bien évidemment avec l’aval des populations, à qui appartient tout pouvoir. Ce sont elles qui choisissent les élus, par voie des urnes. En tant que fils, mon devoir est d’œuvrer à leur bien-être. Nul besoin d’être un élu forcément pour partager avec les populations, le peu que j’ai à offrir pour répondre à leurs doléances et à leurs aspirations. En temps opportun, je pense que la réponse à votre question aura la réponse idoine. Pour l’heure, j’œuvre du mieux que je peux à offrir le meilleur qui soit à nos populations.

Quelles sont vos perspectives pour l’année 2023, avec la Fondation MA-KATIÉ que vous présidez?

La Fondation MA-KATIÉ a pour but la recherche de la paix, la cohésion sociale et la bonne entente. Car il est difficile sans celles-ci d’insuffler tout développement durable. Notre objectif clé demeure l’épanouissement des populations ivoiriennes.

Ainsi, nous iront partout où les populations nous solliciteront pour apporter notre expertise. Et ce, afin que les jeunes et les femmes matérialisent leurs rêves, réalisent leurs ambitions. Que les localités arrivent à obtenir une meilleure embellie économique et sociale. En somme, nous travaillerons d’arrache-pied avec les partenaires au développement durable et les bailleurs de fonds pour lutter assidûment contre la pauvreté.

Nous sommes à l’entame d’une nouvelle année. Quels sont vos vœux à l’endroit des populations de la Côte d’Ivoire en général et de la Bagoué en particulier?

Mes vœux à l’endroit des populations sont des vœux de paix, de cohésion sociale et de développement harmonieux et durable.

Parce que c’est uniquement dans la paix que nos populations pourront bien entreprendre. Nous avons trop souffert des affres de la guerre et du retard considérable causé par celle-ci. Nous avons pansé nos blessures et tourné la page pour donner une chance à la cohésion sociale.

Notre souhait que la réconciliation nationale ne soit pas une vue de l’esprit mais actée, pour assoir le développement durable appelé de tous nous vœux. Que la Côte d’Ivoire demeure une terre prospère et hospitalière. Je vous remercie.

Réalisé par BS


Partager l'article