23 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Litige foncier à Korhogo / Deux localités devant le tribunal pour destruction de cultures

Partager l'article

Un litige foncier oppose depuis quelques temps les habitants de Kombolokoro à ceux de Wayiri, deux localités situées à une cinquantaine de kilomètres de Korhogo.

 

En effet, les nommés Yéo Fornan, Soro Youssouf, Soro Zié Samuel, Yéo Petangui, et Soro Fournigué sont accusés par les habitants de Wayiri pour destruction de leurs cultures.

Ces hommes ont été traduits devant le tribunal de première instance de Korhogo qui examinait cette affaire de litige foncier.

 

Lors de l’audience, le 2 avril 2024, les plaignants ont affirmé avoir été témoins de la destruction de plus de 25 hectares de cultures par les accusés.

Mais l’avocat des accusés, a soulevé des points cruciaux dans ses observations, remettant en question la légitimité de la plainte des plaignants.

Il a souligné que les parties civiles ont assigné les accusés en reconnaissant implicitement l’usage de la parcelle querellée. De plus, il a mis en lumière le fait que les accusés détenaient un droit coutumier sur ladite parcelle depuis 1993, ce qui remet en question la légitimité des revendications des habitants de Wayiri.
Selon lui, la question de la propriété des terres devrait être résolue avant tout jugement.
Toutefois, en dépit ces arguments, le tribunal a rejeté toutes les exceptions soulevées par la défense et a poursuivi les débats avec les accusés et les plaignants.

Dans ses réquisitions, le procureur a demandé une amende de 100 mille francs CFA et 6 mois d’emprisonnement pour les accusés.

L’avocat de la défense, quant à lui, a plaidé la faiblesse du dossier, mettant en avant le fait que le président de la mutuelle de développement de Kombolokoro s’opposait à l’orpaillage clandestin, et révélant que plusieurs plaintes pour cette activité avaient été déposées auprès du bureau du procureur.

Selon lui, les accusés étaient innocents des charges qui pesaient contre eux.

Le juge a décidé de mettre sa décision en délibéré jusqu’au 16 avril 2024. Et ce, après avoir écouté attentivement les différentes parties.

Notons que les tensions restent vives entre les habitants de Kombolokoro et ceux de Wayiri, en attendant le verdict du tribal.

AK


Partager l'article