30 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

L’Union des Journalistes de la Presse Africaine Libre dénonce l’expulsion de la correspondante de TV5 Monde lors d’une réunion à Ouagadougou

Partager l'article

Le président de l’Union des Journalistes de la Presse Africaine Libre (UJPLA), Yao Noël a dans un communiqué, dénoncé l’expulsion de la correspondante de TV 5 Monde, Fanny Noaro-Kabré lors d’une réunion tenue le 14 mai par la Coalition des patriotes africains (COPA-BF).

L’Union des Journalistes de la Presse Africaine Libre (UJPLA), dont les objectifs fondamentaux sont la défense de la liberté de la presse et la sécurité des journalistes, a appris avec indignation l’expulsion de Fanny Noaro-Kabré, correspondante de TV5 Monde, d’une réunion tenue le 14 mai 2022 à Ouagadougou par la Coalition des patriotes africains (COPA-BF). Cette expulsion est intervenue à la demande du militant Kémi Séba, président d’Urgences Panafricanistes, partenaire du COPA-BF.

L’UJPLA condamne sans réserve cet acte odieux et inquiétant, une grave atteinte à la liberté.

Avant d’exiger « à la sécurité de faire sortir TV5 Monde », M. Kémi Séba avait reproché à Mme Fanny Noaro-Kabré d’appartenir à l’un des médias français, qui selon lui, « diabolisent et vilipendent » les organisations de la société civile citées plus haut.

Fanny Noaro-Kabré, correspondante franco-burkinabè pour TV5 Monde et Radio France, est basée au Burkina Faso, le « pays des hommes intègres », dans lequel elle fait preuve du plus grand professionnalisme depuis plus de 7 ans.

L’UJPLA exprime sa solidarité fraternelle à Mme Fanny Noaro-Kabré.

L’UJPLA s’associe à la déclaration publiée le 15 mai 2022 par des organisations professionnelles des médias du Burkina Faso. Les signataires de cette déclaration ont condamné l’expulsion de la journaliste de TV5 Monde comme « une atteinte grave à la liberté de la presse chèrement conquise par les Burkinabè ».

L’UJPLA note également avec satisfaction le communiqué de la ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso qui, tout en regrettant cet acte, a réitéré l’engagement de son département ministériel à « préserver et promouvoir la liberté de la presse ».

L’UJPLA saisit cette occasion pour saluer les réalisations du peuple du Burkina Faso en matière de liberté d’expression et de la presse et leurs sacrifices pour le développement de la liberté de la presse sur le continent africain.

L’UJPLA continuera à défendre la sécurité des journalistes et à promouvoir une presse libre, indépendante et crédible.

Noël YAO

Président de l’UJPLA


Partager l'article