25 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Mali : Formation du nouveau gouvernement, quand le CSDM se ridiculise.

Partager l'article

Le bureau exécutif du Conseil Supérieur de la Diaspora  Malienne (CSDM) a animé un point de presse afin de demander aux autorités de maintenir l’ancien ministre des Maliens de l’extérieur. C’était ce jeudi 20 mai 2021, au siège de ladite association . 

Le président du CSDM Mohaimed Cherif Haïdara n’a pa encore tardé pour commettre sa nouvelle bourde. Une tradition qui en dit long sur les nombreuses positions frivoles et volte-face de cette organisation qui se réclame défenseur la diaspora malienne. Ce qui est une aberration de plus décevante.

En effet, bien que les consultations arrivent à échéance, entre le premier ministre Moctar Ouane, la classe politique et la société civile dans le cadre de la formation de la nouvelle équipe gouvernementale, le président du Csdm connu comme homme aux multiples langages s’est fait déjà remarquer. Il demande à ce qu’on maintienne le ministre sortant du département des Maliens de l’extérieur. 

Comme le dit le proverbe : ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit. En effet c’est un point de presse aux allures bien comique dont s’est livré les responsables du CSDM. À peine les traditionnelles salutations des hommes de médias, Mohamed Chérif Haïdara président du CSDM, a affirmé qu’ils ont souvent fait des analyses pertinentes et percutantes, qu’ils n’ont pas manqué de faire des propositions, qui  parfois étaient difficiles à prononcer. Il affirme que son association a demandé lors de la sortie du 5 juin dernier : la dissolution de l’assemblée nationale , de changer le premier ministre et le président de la cour constitutionnelle. Pire, il poursuivra en disant que pendant la conférence d’entente nationale, son association aurait demandé de négocier avec Iyad et Kouffa. Pourtant, ce que le président du CSDM ne dit pas aux maliens, c’est que sa renommée de positions frivoles le discrédit déjà. Car dans un passé très récent, il multipliait les déclarations de soutien à l’ancien président et n’a pourtant pas condamné le coup d’état qui est survenu les 18 août 2020.

Aussi à la stupéfaction des hommes de medias, le président du Csdm a demandé au Président de la transition Bah N’Daw et au premier ministre de maintenir l’ancien ministère tutelle, Alhamdou Ag Ilyène, afin de finaliser le chantier engagé. Pourtant le CSDM n’est qu’une simple association de quelques frustrés qui se réclament de représentants de la diaspora malienne. 

Et contrairement à ce que fait le csdm, Si toutes les associations du Mali se mettaient à réclamer aux autorités qu’on maintienne X ou Y pour des intérêts inavoués, le pays serait dans la pire agonie de son existence. Cette nième sortie ratée du président du Csdm illustre parfaitement les multiples facettes d’une association qui a du mal à convaincre les maliens de l’extérieur. Heureusement que les autorités maliennes ne sont pas dupes. Car ils savent que l’aboiement du chien ne peut nullement empêcher la caravane de passer. 

Adama TRAORÉ 


Partager l'article