15 juillet 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Mali : Quand la France se dédît et se rétracte

Partager l'article

Des menaces qui ont sûrement abouti à de viles paroles en l’air. Voilà comment le président français Emmanuel Macron s’est encore humilié sur la situation du Mali. 

Après son incohérence sur le dossier tchadien, le président Français a voulu jouer au dictateur en menaçant de retirer les troupes françaises au Mali. Finalement le président français s’est vu contraint de revoir sa position au risque de revivre le scénario centrafricain. 

PERDRE LE MALI N’EST PAS UNE BONNE AFFAIRE POUR LA FRANCE 

La CEDEAO s’est d’abord transcendée pour une fois en refusant de suivre l’Union Européenne et la France. En effet hier à Accra la CEDEAO a tout simplement refusé de sanctionner le Mali. Ainsi les combines de l’Élysée sont tombées dans l’eau. Aussi la France en voyant le scénario centrafricain ne voudrait se voir chasser du Mali aussi. 

Ainsi ce lundi 31 mai tout semble indiquer que la France a décidé de reconsidérer sa position. Car à en croire le communiqué du ministre français de l’Europe et des affaires étrangères Jean  Ives le Drian, la France réitère sa ferme condamnation du coup d’Etat au Mali ayant abouti à la démission forcée du Président Bah N’Daw et de son Premier ministre le 26 mai dernier.

Aussi, il affirme la France prend acte de la suspension du Mali des institutions de la CEDEAO, décidée lors du sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement le 30 mai. Par la même occasion il dira que la France partage la priorité absolue accordée par la CEDEAO à l’organisation de l’élection présidentielle au 27 février 2022 dans les conditions strictes énoncées par les chefs d’Etat et de gouvernement dans le communiqué du 30 mai.

Selon les propos de Jean Ives Le Drian, la France appuie la mise en place par la CEDEAO d’un mécanisme de suivi du respect de la période de transition. Il ajoute que le respect de ces paramètres, vérifié par la CEDEAO, est la condition du maintien de l’engagement des partenaires du Mali et de l’accompagnement de la transition.

Adama TRAORÉ


Partager l'article