27 septembre 2022

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

NIGÉRIA : Affaire décès de la Chantre Osinachi Nwachukwu

Partager l'article

Voici les 23 chefs d’accusation retenus contre le Pasteur Peter Nwachukwu qui a tué son épouse Osinachi !

Le Pasteur Peter Nwachukwu vient d’être condamné à la peine de mort. Agé de 54 ans, le mari veuf de la défunte Chantre Osinachi Nwachukwu, décédée en Avril dernier sera exécuté. Tel est sa sentence au terme de son procès.

Il est donc accusé de plusieurs charges par le procureur fédéral, notamment :

-Il est allégué que feue Osinachi avait été expulsée de force de son domicile conjugal par son mari, constituant les faits de violence contre les personnes.

-Il est allégué que le défendeur, Nwachukwu, avait à un moment donné, poussé avec force sa défunte épouse hors d’un véhicule en mouvement.

-L’accusé a été spécifiquement accusé d’avoir commis un homicide volontaire présumé conformément aux articles 104 et 379 de la loi de 2015 sur l’administration de la justice pénale, une infraction contraire à l’article 221 du Code pénal et passible de la peine de mort.

-Il est allégué que le prévenu avait privé la défunte de sa liberté personnelle en limitant ses déplacements et en l’enfermant dans la maison.

-Plus encore, il est reproché au défendeur d’avoir soumis la défunte à des violences émotionnelles, verbales et psychologiques, contrairement à l’article 14 (1) de la loi VAP de 2015.

-Les enquêtes auraient révélé que l’accusé aurait refusé à Osinachi l’accès à son argent pour les médicaments et les produits de première nécessité, et l’avait ainsi forcée à mendier et à emprunter.

-Il est allégué que le mari d’Osinachi l’aurait isolée de force et séparée de sa famille en empêchant sa mère et ses frères et sœurs de lui rendre visite à son domicile conjugal.

-Peter Nwachukwu a, en outre, été accusé d’avoir cruellement battu ses enfants et d’avoir enregistré leurs cris et de les avoir diffusé via son téléphone.

-Il aurait egalement menacé les enfants et les aurait empêchés de signaler les actes de violence domestique contre leur mère au pasteur en chef de leur église, le Dr Paul Enenche, ou à toute autre personne.

C’est donc ce qui était ressorti des charges retenus contre lui, aboutissant ainsi à sa condamnation, ce jour, à la peine de mort.


Partager l'article