14 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Nouveau parti de Gbagbo : Des leaders veulent plus de compréhensibilité

Partager l'article

En abandonnant ” l’enveloppe ”-selon ses propres termes-, du Front populaire ivoirien (Fpi) à son président légal, Pascal Affi N’guessan (son désormais adversaire politique), le Président Laurent Gbagbo a fait appel aux mouvements et partis politiques se réclamant proches de lui, à le rejoindre pour l’ouverture de la page d’une nouvelle aventure politique en Côte d’Ivoire. .

Si cet appel du lundi 09 août 2021 a enchanté le premier cercle de militantes et militants ” Gbagbo ou rien (Gor) ”, qui n’ont jamais reconnu l’autorité de Pascal Affi N’guessan, en tant que président légal de ce parti à problème, des responsables de mouvements et partis politiques attendent de mieux comprendre, afin d’avoir une lisibilité dans cette option de Gbagbo.

Pendant ce temps, d’autres sont déjà en discussion souterraine avec l’auteur de l’appel du 09 août. ” Nous sommes dans une confidence avec le Président Laurent Gbagbo. Car, nous voulons qu’il nous précise la nature de ce Regroupement qu’il souhaite. Faut-il que nos formations politiques se fondent dans le futur parti, ou chacun est libre de diriger son parti, tout en étant en alliance avec celui de Gbagbo. Car n’oubliez pas qu’il y a l’expérience du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) qui nous renseigne ”, nous a confié, par téléphone, un leader politique qui a requis l’anonymat, pour éviter d’influencer d’autres opinions.

On le constate bien. L’ancien prisonnier de Scheveningen, à La Haye, fait aujourd’hui office de référent politique pour certains. Notamment ceux qui ont toujours cru en son combat pour l’instauration de la démocratie dans le pays.

Pour d’autres, il ne l’ai point. Ils voudraient juste l’avoir comme allié politique capable d’aborder les sujets chauds de la République, quand il le faut. Comme ça été le cas le 27 juillet de cette année, lors de sa rencontre avec le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara au Palais présidentiel d’Abidjan-Plateau.

En effet, il a été cette personne qui a osé transmettre la particulière doléance de libération des prisonniers de la crise post-électorale de 2011 au Président Alassane Ouattara, au moment où les Ivoiriens s’y attendent le moins.

C’est dire que l’effet escompté de l’appel du Président Laurent Gbagbo, réside dans la bonne compréhensibilité qu’il voudra bien laisser transparaître.

Frimo K. D.


Partager l'article