14 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Pour sa contribution à l’éducation la culture et la paix / Dr André Déazon célébré par la SGI-Côte d’Ivoire

Partager l'article

Il y avait une ambiance particulière dans le village de Bedi-Goazon, dans la sous-préfecture de Guiglo, les 7 et 8 octobre 2023.

La raison plus de 2500 bouddhistes, membres de la Soka Gakkai Internationale-Côte d’Ivoire (SGI-CI) y étaient pour marquer d’une pierre blanche l’an un du décès de leur guide spirituel, Dr André Déazon, natif de e village.

En effet venus des quatre coins du pays, les membres de la SGI-CI ont déferlé à Bedi-Goazon pour lui rendre un hommage mérité.

Koffi Kouamé Remi, le directeur général de la SGI-Côte d’Ivoire, a justifié cet hommage à son prédécesseur.

Selon lui, l’heure n’est plus aux pleurs, mais aux engagements dans les actions afin de pérenniser l’œuvre immense laissée par Dr André Déazon dans les domaines de la science, la culture, l’éducation et la paix.

« Dr André Déazon nous a tout donné. Il a aussi beaucoup donné à la Côte d’Ivoire dans le domaine de l’éducation, la science et surtout en terme de contribution à la paix et la cohésion nationale. Il nous revient donc de lui rendre véritablement hommage en pérennisant ses œuvres.

Cela, à travers des victoires et aussi en pratiquant itaï doshin [la cohésion, NDLR]. C’est pourquoi je demande à tous les amis membres d’être unis et solidaires dans les efforts pour réaliser absolument Kosen rufu [la paix mondiale, NDLR], pour une Côte d’Ivoire et une Afrique libres et fières de contribuer au bonheur de l’humanité », a-t-il indiqué.

Pour ce faire, deux (2) jours durant les bouddhistes de Côte d’Ivoire n’ont pas perdu le temps à Bédi-Goazon.

Pour preuve, leur programme a été meublé par une opération ’’ village propre’’, des planting d’arbres et des dons de kits scolaires et de numéraires aux meilleurs élèves du primaire et du secondaire du village.

Outre ces activités, cette cérémonie d’hommage au Dr André Déazon a été la conférence publique autour du thème ’’la conception bouddhique de la mort’’.
Conférence prononcée par le désormais numéro 1 des bouddhistes de Côte d’Ivoire, Koffi Kouamé Remi.

A cette occasion, l’orateur a expliqué que chez le bouddhiste, la mort n’est pas une fatalité, mais qu’elle fait partie des quatre (4) souffrances liée à la vie : à savoir la naissance, maladie, vieillesse et la mort dont le bouddha a enseigné à surpasser.

Le directeur général de la SGI-Côte d’Ivoire a donc fait comprendre que l’éternité de la vie réside à travers le cycle de la vie et de la mort qui cadence l’existence humaine.

Poursuivant, il a estimé que l’éventualité de la mort étant toujours présente, il faut s’efforcer de vivre pleinement l’instant présent pour le bonheur de l’humanité.

Prières, dépôts de gerbes de fleurs, chants d’allégresse et activité culturelles ont mis fin à cette cérémonie d’hommage.

BS


Partager l'article