14 avril 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Présidentielle 2025 en Côte d’Ivoire : Le piège de Ouattara à Bédié et Gbagbo

Partager l'article

Dans la perspective d’une éventuelle candidature ou non, à la présidentielle à venir, le Président Alassane Ouattara fait des pas camouflés. 

Le président de la République, Alassane Ouattara, n’est pas encore au terme de son troisième mandat, que ses partisans tentent de lui frayer un chemin vers un quatrième mandat. Raison avancée, leur mentor n’est qu’à son premier mandat de la troisième République. 

En effet, l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, est la toute première du genre depuis la nouvelle Constitution, créant la 3ème République de la Côte d’Ivoire. Elle a été adoptée à 93,42%, des suffrages exprimés lors du référendum du dimanche 30 octobre 2016, malgré son appel au boycott par l’opposition ivoirienne et promulguée officiellement le 08 novembre de la même année. 

Assouplissant les règles d’éligibilité d’un candidat à la présidentielle du pays, cette nouvelle Constitution a permis au chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, de briguer  une nouvelle fois, le fauteuil présidentiel en octobre 2020. 

Une option qui a mis ses opposants dans une colère noire, manifestée bruyamment à travers tout le pays par son appel à la désobéissance civile du scrutin présidentiel. Accentué par la création du Conseil national de transition (Cnt). La suite est connue. 

À l’approche de 2025, les trois (3) leaders  significatifs de la vie politique ivoirienne peaufinent leurs stratégies de reconquête du pouvoir d’Etat. 

Henri Konan Bédié s’accroche au Prti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci). Espérant toujours en être le candidat à la prochaine présidentielle, face aux ambitions affichées de jeunes cadres de sa famille politique. 
Rentré au pays depuis son retour le 17 juin 2021 de la Belgique, après son cquittement définitif par la Cour pénale internationale (Cpi), Laurent Gbagbo qui ne veut pas s’engluer dans la crise du Front populaire Ivoirien (Fpi) dont il est le fondateur, s’est lancé dans une nouvelle aventure de création d’un nouveau parti dont il sera, certainement, le porteur de la bannière en octobre 2025.


De son côté, le président de la République sortant, Alassane Ouattara, reste muet sur son éventuelle candidature ou non au scrutin présidentiel à venir. Laissant le soin à ses lieutenants d’épiloguer là-dessus. 

Le ballon d’essai et ses conséquences 

Le virevoltant ex-ministre, Adama Bictogo est formel : ” (…) Il n’y a pas d’ambition d’aucun d’entre nous sans la volonté d’Alassane Ouattara. On entend des choses… Mais Alassane Ouattara n’est qu’au premier mandat de la troisième République ”, a lâché Adama Bictogo, s’adressant à la jeunesse du Rhdp, le 19 septembre 2021, au Palais de la culture à Treichville. 

Dans le fond, c’est un ballon d’essai (sans doute bien ficelé officieusement par la hiérarchie du Rhdp), que Bictogo a lancé pour inciter officiellement son mentor à une autre candidature, et attend aussi bien que tout le Rhdp, de voir inévitablement la réaction de la classe politique et celle des Ivoiriens. 

Ce qui offrira deux (2) options au locataire du Palais d’Abidjan, à savoir : la limitation de l’âge ou la participation des trois (3) grands.
 
Si l’opposition conteste la volonté de Ouattara de briguer un 4ème mandat, qualifié de second mandat par ses partisans en 2025, alors il n’hésitera pas à proposer une modification de la (nouvelle) Constitution, à l’effet d’y introduire une loi interdisant à tout(e) Ivoirien(ne) d’être candidat après 75 ans. 
De sorte à réaliser son rêve de mettre Bédié, Gbagbo et lui-même à la retraite, afin de passer la main à une nouvelle génération. 
Un souhait du transfert du pouvoir émis pour la première fois en juillet 2018, à l’occasion de l’Assemblée générale constitutive du parti unifié Rhdp. 

Dans le cas contraire, si à 79 ans, ses aînés cités plus haut sont candidats, il le sera aussi pour la 2ème fois (dans le cadre de la 3ème République), ou pour la 4ème fois, selon que l’on soit pour ou contre. 

C’est en cela que réside le piège d’Alassane Ouattara à Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Sa décision finale sera donc la conséquence de celle des deux (2) grands. Tout simplement. À eux d’apprécier. 

Par Frimo K. D. 


Partager l'article