8 février 2023

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Roseline Layo à l’Ivoire et au Palais de la Culture / Les concerts de la gloire, pour l’histoire

Partager l'article

Sur la vague du succès. Roseline Layo fait un tabac actuellement. Et il n’y a pas débat qui vaille. Vous n’êtes pas contents ? « Donnez-nous un peu » : 20 millions de vues. « C’est la même phase » : 7 millions de vues. « Aweman Napié » : 3 millions de vues. « Kinoué » : 5 millions de vues. « Alloco » : 2.5 millions de vues. Total ?

Carton à tous les étages. Et des millions de cœurs conquis en pagaille. De quoi attaquer les grandes scènes du pays.

En toute légitimité, d’ailleurs. Heureux est forcément le dandy Eric Sékongo pour avoir décroché le contrat de production des deux spectacles inédits de la poule aux œufs d’or du Tonkpi. Deux dates de concert à noter sur les agendas : le 29 décembre pour la version VIP au Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire, et le 7 janvier 2023 au Palais de la Culture.

Qu’attendre de ces représentations de la chanteuse aux aigus épurés ? La confirmation de sa voix dans tous ses registres, en version live. Car c’est là que se juge la valeur d’une chanteuse à voix. Au vu du background de madame « Donnez-nous un peu » qui a fait ses classes dans les piano bar, dans les chœurs comme dans les interprétations de galas, on se rassure de ses tessitures solides qui puisent loin dans la maitrise vocale. En plus de s’attendre à ce que l’ex transfuge du groupe féminin Bella Mondo nous gratifie de titres inédits en prélude d’un album.

Surfant sur la vague du succès, Roseline Layo attend de voguer en lune de miel sur de hauts décibels avec son public de fans qui fera c’est certain le déplacement, au vu de l’engouement et de la bonne dynamique qui accompagne promo sur les réseaux , dans les groupes et ailleurs.

Depuis quelques temps, l’on ne juge de la notoriété et de la popularité d’un artiste à Abidjan que par sa capacité à faire salle comble ou le plein de ses concerts dans les deux salles baromètres que sont le Palais des Congrès et Palais de la Culture. Roseline réussit ce pari et elle obtient son passeport pour la gloire artistique. Et ça, elle ne le réussira qu’avec sa communauté de fans qui se compte jusqu’à l’extérieur du territoire national, dans les pays voisins.

Pour Roseline Layo, réussir aussi ce challenge, c’est surtout entrer dans l’histoire. Car on n’aura très peu vu une artiste-révélation percer dans le milieu et triompher les mois qui suivent dans des concerts grand public.

Que ce rêve ne soit jamais un revers. Tout le mal qu’on lui souhaite.

S.D


Partager l'article