14 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Situation sociopolitique / La plate-forme AGIP continue sa tournée de mobilisation

Partager l'article

Agir pour Peuple (AGIP), une plate-forme de la société civile ivoirienne poursuit sa tournée de mobilisation de proximité.
Dans le cadre de cette tournée, Armand Krikpeu, le secrétaire général d’AGIP accompagné d’une forte délégation des membres de son organisation était le samedi 18 mai 2024 à Abobo-Gare.

Lors de la rencontre avec la population, les responsables d’AGIP ont abordé deux sujets, à savoir le coût élevé de l’électricité et l’organisation d’une élection apaisée en Côte d’Ivoire en 2025.

Abordant le coût élevé de l’électricité , 𝐴𝑟𝑚𝑎𝑛𝑑 𝐾𝑟𝑖𝑘𝑝𝑒𝑢 𝑠’𝑒𝑠𝑡 𝑜𝑓𝑓𝑢𝑠𝑞𝑢𝑒́ 𝑑𝑢 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑒́𝑒𝑠 𝑑𝑢 𝑠𝑖𝑚𝑝𝑙𝑒 𝑎𝑢 𝑑𝑜𝑢𝑏𝑙𝑒 𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒 𝑎𝑢 𝑡𝑟𝑖𝑝𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑐𝑒𝑟𝑡𝑎𝑖𝑛𝑠 𝑓𝑜𝑦𝑒𝑟𝑠, là où 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 10% avait été annoncée. 𝐼𝑙 𝑎 𝑑𝑒́𝑐𝑟𝑖𝑒́ 𝑙𝑒 𝑓𝑎𝑖𝑡 que 𝑙a 𝐶𝑜𝑚𝑝𝑎𝑔𝑛𝑖𝑒 𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑖𝑒𝑛𝑛𝑒 𝑑’𝐸𝑙𝑒𝑐𝑡𝑟𝑖𝑐𝑖𝑡𝑒́ (CIE) 𝑐𝑒́𝑙𝑒̀𝑏𝑟𝑒 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑛 𝑔𝑎𝑖𝑛 𝑡𝑟𝑖𝑚𝑒𝑠𝑡𝑟𝑖𝑒𝑙 𝑑𝑒 134% 𝑝𝑒𝑛𝑑𝑎𝑛𝑡 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑝𝑢𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑙𝑜𝑖𝑒 𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑚𝑖𝑠𝑒̀𝑟𝑒 𝑖𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑐ℎ𝑒𝑟𝑡𝑒́ 𝑑𝑒 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑒𝑛 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑖𝑛𝑠𝑢𝑝𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑣𝑖𝑒.

So𝑢𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑎𝑐𝑐𝑙𝑎𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑’𝑢𝑛 𝑎𝑢𝑑𝑖𝑡𝑜𝑖𝑟𝑒 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑝ℎ𝑎𝑠𝑒 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑢𝑖, Armand Krikpeu 𝑎 𝑒𝑥𝑖𝑔𝑒́ 𝑙𝑎 𝑟é𝑛𝑜𝑛𝑐𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑢𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑠𝑖𝑚𝑝𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑙’𝐸𝑡𝑎𝑡 à 𝑙’𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑐𝑜𝑢̂𝑡 𝑑𝑒 𝑙’𝑒́𝑙𝑒𝑐𝑡𝑟𝑖𝑐𝑖𝑡𝑒́.

« 𝑈𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 10% 𝑞𝑢𝑖 𝑓𝑎𝑖𝑡 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑒𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑑𝑒 25.000 francs CFA à 75.000 francs CFA 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑐𝑒𝑙𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑒 125.000 francs CFA à p𝑙𝑢𝑠 𝑑𝑒 250.000 francs CFA, 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑒𝑛 𝑣𝑜𝑢𝑙𝑜𝑛𝑠 𝑝𝑎𝑠 ! », a-𝑡-𝑖𝑙 lancé

𝑅𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑣𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 à l𝑎 𝑞𝑢𝑒𝑠𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒́𝑙𝑒𝑐𝑡𝑜𝑟𝑎𝑙𝑒, 𝐴𝑟𝑚𝑎𝑛𝑑 𝐾𝑟𝑖𝑘𝑝𝑒𝑢 𝑎 𝑖𝑛𝑣𝑖𝑡é le gouvernement à c𝑟𝑒́𝑒𝑟 𝑢𝑛 𝑐𝑎𝑑𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑐𝑒𝑟𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙𝑒𝑠 𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑝𝑜𝑙𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒𝑠 𝑒𝑛 𝑣𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑚𝑖𝑛𝑖𝑚𝑖𝑠𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑚é𝑓𝑖𝑎𝑛𝑐𝑒𝑠 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑢𝑥.

𝑆𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑙𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑚𝑖𝑒𝑟 𝑟𝑒𝑠𝑝𝑜𝑛𝑠𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝐴𝐺𝐼𝑃, 𝑐’𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑐𝑎𝑑𝑟𝑒 𝑑’𝑢𝑛𝑒 𝑣𝑒́𝑟𝑖𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑐𝑒𝑟𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑞𝑢’𝑖𝑙 𝑝𝑜𝑢𝑟𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑠𝑒 𝑑𝑒́𝑔𝑎𝑔𝑒𝑟 𝑢𝑛 𝑚𝑖𝑛𝑖𝑚𝑢𝑚 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑒𝑛𝑠𝑢𝑠 𝑎𝑢𝑡𝑜𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑝𝑟𝑜𝑐𝑒𝑠𝑠𝑢𝑠 𝑒é𝑙𝑒𝑐𝑡𝑜𝑟𝑎𝑙 𝑒𝑛 𝑣𝑢𝑒 𝑑’𝑒́𝑣𝑖𝑡𝑒𝑟 𝑢𝑛𝑒 𝑎𝑢𝑡𝑟𝑒 él𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑠𝑎𝑛𝑔𝑙𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑒𝑡 𝑚𝑒𝑢𝑟𝑡𝑟𝑖𝑒̀𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝐶𝑜̂𝑡𝑒 𝑑’𝐼𝑣𝑜𝑖𝑟𝑒.

« 𝑂𝑛 𝑛𝑒 𝑣𝑒𝑢𝑡 𝑝lus 𝑎𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑑𝑒 𝐾𝑜𝑓𝑓𝑖 𝑇𝑜𝑢𝑠𝑠𝑎𝑖𝑛𝑡 𝑏𝑖𝑠 𝑒𝑛 2025 » a-𝑡-𝑖𝑙 𝑖𝑛𝑠𝑖𝑠𝑡é.

Pour rappel, Koffi Toussaint est le jeune homme dont la tête a été coupée et transformée en ballon de football à Daoukro le 9 novembre 2020 lors du conflit électoral.

𝐒𝐮𝐫 𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐪𝐮𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬, 𝐀𝐆𝐈𝐏 𝐝𝐢𝐭 𝐚𝐭𝐭𝐞𝐧𝐝𝐫𝐞 𝐮𝐧𝐞 𝐫ép𝐨𝐧𝐬𝐞 𝐝u gouvernement 𝐚𝐮 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐭𝐚𝐫𝐝 𝐥𝐞 𝟏𝟐 𝐬𝐞𝐩𝐭𝐞𝐦𝐛𝐫𝐞 𝟐𝟎𝟐𝟒 𝐟𝐚𝐮𝐭𝐞 𝐝𝐞 𝐪𝐮𝐨𝐢, 𝐥𝐚 𝐫𝐮𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐥𝐞𝐫𝐚 𝐣𝐮𝐬𝐪𝐮’à 𝐬𝐚𝐭𝐢𝐬𝐟𝐚𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐭𝐨𝐭𝐚𝐥𝐞 à 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐫 𝐝𝐮 𝟏𝟑 𝐬𝐞𝐩𝐭𝐞𝐦𝐛𝐫𝐞 𝟐𝟎𝟐𝟒.

A.K avec Sercom AGIP


Partager l'article