23 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Situation sociopolitique / Pascal Affi N’guessan : « La Côte d’Ivoire va mal »

Partager l'article

’’La Côte d’Ivoire réconciliée pour une alternance réussie’’. Tel était le thème de la conférence de presse animée par Pascal Affi N’guessan, le président du FPI, le samedi 4 mai 2024.

Cette rencontre avec les journalistes a été l’occasion Affi N’guessan de livrer un message.

Selon lui, le message qu’il livre chaque année à l’occasion de la ’’Fête de la Liberté’’ organisée par son parti.

Cependant, cette année, son parti a décidé d’observer un temps de réflexion intellectuelle et politique autour de trois grandes questions : la liberté, la réconciliation et l’indispensable alternance, en lieu et place de la célébration traditionnelle.

Selon lui, la Liberté est toujours une conquête. « Elle est le fondement de la démocratie et de la bonne gouvernance. Encore aujourd’hui beaucoup de nos compatriotes sont privés de liberté ou contraints à l’exil pour leur engagement politique. Je salue la libération récente de plusieurs prisonniers politiques dont Soul to Soul, vice-président de Génération et Peuple Solidaire (GPS).

Mais des progrès sont encore à réaliser. Il faut aller plus loin afin de vider nos prisons de tous ceux qui n’ont rien à y faire et dont l’incarcération balafre l’image de notre pays et enrhume la démocratie », a-t-il déclaré.

Abordant le second axe de sa réflexion qui la réconciliation, Affi N’guessan a affirmé que soutenu que celle-ci est inachevée en Côte d’Ivoire.
« Je le redis avec tristesse : notre réconciliation est inachevée. D’expérience, une réconciliation au sortir d’une grave crise comme celle qu’a traversée la Côte d’Ivoire doit obéir à quatre principes : le principe de vérité, de justice, de réparation des torts aux victimes, de réformes pour garantir la non-répétition des crises.

Certes, de nombreux actes ont été posés, depuis la CDVR jusqu’au programme national de cohésion sociale en cours à l’heure actuelle. Des exilés sont rentrés, des prisonniers politiques ont été libérés, des comptes bancaires dégelés, des fonctionnaires réintégrés dans leurs emplois, etc. », a-t-il fait savoir avant de s’interroger : « Mais à l’heure actuelle, pouvons-nous sérieusement affirmer que la vérité sur les crises qui ont endeuillé et divisé le pays est connue ? Que les responsabilités des uns et des autres ont été posées ?

Toutes les victimes de nos différentes crises ont-elles été identifiées de façon exhaustive, inclusive et prises en compte dans les programmes de réparations, que ceux-ci soient d’ordre moral, matériel et financier ?

Ensuite, les Ivoiriens partagent-ils à l’heure actuelle une analyse unanime des causes des affrontements du passé ? Des réformes consensuelles et adéquates qu’elles soient d’ordre constitutionnel, législatif, administratif et sécuritaire ont-elles été mises en œuvre pour garantir la non- répétition de ces crises ? »

Pour Affi N’guessan, afin de parvenir une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire, des réflexions doivent être menées à la lumière des expériences africaines de Justice transitionnelle. « Nous proposons que ce séminaire soit ouvert à toutes les composantes de la Nation ivoirienne. Ce séminaire nous permettra de convenir des mesures d’approfondissement du processus de réconciliation et de consolidation de la cohésion nationale afin de ’’passer d’un passé divisé à un avenir partagé’’ ».

Poursuivant, le président du FPI souhaite l’avènement d’une alternance politique en Côte d’Ivoire en 2025 avec l’ouverture d’une nouvelle phase dans l’histoire de notre pays.

Evoquant le bilan du RHDP à la tête du pays, Affi N’guessan a indiqué : « Quel bilan aujourd’hui pour le pouvoir RHDP : des résultats macro-économiques flatteurs, un taux d’endettement alarmant, un niveau de corruption écœurant, une misère révoltante, un indice de développement humain en régression qui place la Côte d’Ivoire en queue de peloton des pays du monde, une espérance de vie à la naissance en recul, de 58 à 57 ans. Les Ivoiriens vivent mal et moins longtemps !
Ces résultats disqualifient tout discours sur la réussite économique de la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire va mal !

Notre vie politique est aujourd’hui rythmée par des scandales de corruption à répétition qui mettent à mal la confiance envers nos dirigeants et nos institutions.

Sur le plan social, en ville comme à la campagne, nos concitoyens souffrent. Nous sommes à leurs côtés lorsque des familles entières sont victimes de déguerpissements au mépris des règles élémentaires d’humanité.

Nous sommes aux côtés de nos producteurs de cacao, victimes d’un système inique de fixation du prix qui les maintient dans une situation de pauvreté endémique. C’est pour défendre leurs intérêts et leur dignité que nous avons demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire ».

Face à ce bilan, le président du FPI veut porter en 2025 la voix du peuple de Côte d’Ivoire. Pour cela, il dit avoir un programme basé sur sept (7) piliers.

« Cette vision sera portée par sept piliers stratégiques, les piliers de la renaissance.

(…) En 2025, nous n’allons pas à l’élection pour participer. Nous y allons pour gagner. Ensemble, avec et pour le peuple de Côte d’Ivoire », a-t-il affirmé avec conviction.

A.K


Partager l'article