14 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Société : Le syndicat du mobile money déplore 549 victimes d’arnaques et de braquages en un an

Partager l'article

La commune de Yopougon a abrité la première journée nationale du mobile money, le 14 décembre dernier, sur les dangers de l’arnaque, du blanchiment d’argent, des braquages et de la cybercriminalité qui ronge ce milieu. 

Depuis quelques années le secteur mobile money est en pleine croissance en Côte d’Ivoire. Cependant, ce secteur est conforté aux arnaques, les attaques à main armée, le blanchiment de capitaux et la cybercriminalité, etc…

Ces difficultés dans ce secteur était au centre de la première Journée nationale du mobile money organisée par le Syndicat national des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire (Synam-ci) à Yopougon.

« Entre 2022 et 2023, le secteur du mobile money a enregistré 549 victimes d’arnaques, de cambriolages et de braquages, avec une perte financière totale de 270 millions de FCfa. Nous avons aussi recensé neuf morts parmi nos membres lors des agressions à main armée. C’est énorme et écœurant. Il est impossible pour nous de laisser tout cela passer sous silence. Il faut que les choses changent car tous ces fléaux auxquels nous sommes confrontés mettent dangereusement en péril l’inclusion si chère au gouvernement », a-t-il déploré, Félix Coulibaly, secrétaire adjoint du syndicat

Cette journée était l’occasion de sensibiliser les gérants et propriétaires des points de vente mobile money sur les risques qu’ils courent au quotidien dans l’exercice de leur activité et de les former pour y faire face. Le Synam-ci a invité, pour ce faire, les principales structures étatiques de régulation et de lutte contre toutes les formes de criminalité susmentionnées qui minent le secteur de la distribution de la monnaie électronique, à leur venir en aide. Entre autres, la police nationale, la gendarmerie nationale, la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (Plcc), l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci), la police scientifique et la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif).

« Dans notre lutte pour la préservation des intérêts individuels et collectifs de nos membres et de tous les acteurs du secteur, nous avons pu noter une insuffisance criante de connaissances appropriées des acteurs du mobile money sur les questions d’ordre sécuritaire. L’amateurisme, l’improvisation et les comportements à risques en matière de sécurité sont monnaie courante dans les pratiques quotidiennes de nos collègues. Raison pourquoi nous avons jugé nécessaire de nous investir dans la sensibilisation et la formation », a expliqué Félix Coulibaly.

 

 

 

 

 

 

 

­

 


Partager l'article