18 mai 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Trafic d’espèces protégées / Un vaste réseau international de trafiquants de perroquets démantelé

Partager l'article

Les 11 et 12 avril 2023, lors d’une opération conjointe entre les autorités en charge de la lutte contre le trafic des espèces d’Abidjan et de Dakar, cinq( 5) individus ont été interpelés.
Ces individus, membres d’un vaste réseau de trafiquants de perroquets entre la Côte d’Ivoire et le Sénégal, ont été arrêtés avec en leur possession 126 perroquets saisis dans les deux pays.
Ces arrestations sont le fruit de la collaboration entre l’Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale Organisée (UCT), la Direction de la Police forestière et de l’Eau du Ministère des Eaux et Forêts (DPFE-MINEF), Interpol Abidjan et Dakar et EAGLE-Côte d’Ivoire et EAGLE-Sénégal.

En effet, tout débute le 11 avril 2023, à Abidjan-Marcory quand les éléments l’UCT, de la DPFE-MINEF et EAGLE-Côte d’Ivoire, une ONG spécialisée dans la lutte contre le trafic des espèces protégées appréhendent un présumé trafiquant d’animaux au moment où il s’apprêtait à vendre 92 perroquets.
L’interpellation faite, les éléments de l’UCT remontent de fil en aiguille pour mettre le grappin, dans l’après-midi du mardi sur une deuxième personne domiciliée à Port-Bouët Gonzagueville supposée être le propriétaire des perroquets saisis. Les perquisitions effectuées chez ce dernier permettent de saisir 23 autres perroquets portant le tout à 115 perroquets saisis dont 110 gris du Gabon, 2 timneh et 3 robustes.

L’enquête révèle que les perroquets saisis ont été transportés illégalement du Cameroun en Côte d’Ivoire en transitant par le Nigéria. Les enquêtes permettent de localiser un autre stock de perroquets à Dakar au Sénégal appartenant au présumé trafiquant arrêté plus tôt à Marcory. La coordination entre l’UCT, la police forestière les bureaux d’Interpol d’Abidjan et de Dakar et l’appui technique de EAGLE Sénégal permettent la saisie de 11 perroquets Timneh et l’interpellation de trois (03) présumés trafiquants co-auteurs de ce trafic de perroquets le 12 avril 2023 à Dakar. Au total 126 perroquets dont 110 gris du Gabon intégralement protégés, 14 timneh et 3 robustes ont été saisis dans les deux pays.

Arrêtés, pour flagrant délit de détention, de circulation et de commercialisation illégale de produits fauniques, les deux prévenus trafiquants de perroquets interpellés en Côte d’Ivoire ont été placés dans la foulée en garde à vue à l’UCT à Abidjan-Cocody. Ils ont été ensuite déférés le lundi 17 avril 2023 au Pôle économique d’Abidjan. Le dossier a été placé en instruction au vu du caractère transnational de l’affaire et des enquêtes à poursuivre dans de nombreux pays.

Le perroquet gris du Gabon est un perroquet de taille moyenne, au plumage à prédominance grise, avec les plumes de la queue de couleur rouge. Très appréciés comme animal de compagnie pour sa capacité à parler, les propriétaires de ces oiseaux ignorent souvent la capture cruelle de ces oiseaux (attrapés grâce à de la colle posée sur des branches) et l’arrachement à leur groupe, un véritable traumatisme pour ces oiseaux intelligents, sensibles et sociaux. Sa large aire de répartition (De l’Angola a la Côte d’Ivoire en passant par le Kenya et la Tanzanie) explique sa relative abondance mais le commerce presque industriel de cette espèce a conduit à une chute dramatique des populations, notamment au Ghana qui a perdu 90 à 99% de ses perroquets gris du Gabon d’après des études de populations faites par le Pr Annorbah pour l’International Journal of Avian Science, publié en 2015.

La majorité des exportations de perroquets gris provient aujourd’hui d’Afrique centrale, puis transite par le Sahel, avant d’être acheminée vers les capitales de l’Afrique de l’ouest (Abidjan, Dakar, Lagos) pour leur commercialisation hors du continent, ou la demande internationale est encore extrêmement forte.

Heureusement, le 20 janvier 2017, Psittacus erithacus (Gris du Gabon) a été définitivement supprimé de l’annexe II et inscrit à l’annexe I de la convention de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces sauvages de faune et de flore) Interdisant tout importation ou exportation de cette espèce à des buts commerciaux.


BS


Partager l'article