17 juin 2024

Ovajab Media

Ovajab Media, le site 100% panafricain, tv, radio, presse écrite

Université polytechnique de Man / Un parent d’élèves prend fait et cause pour le professeur Lacina Coulibaly

Partager l'article

Kouadio Yao Paul se présentant comme parent d’élèves, n’est pas content des agissements de certains responsables de la CNEC, une organisation syndicale des enseignants et chercheurs d’universités publiques en Côte d’Ivoire.

Ce parent d’élèves prend fait et cause pour le professeur Lacina Coulibaly, président de l’université polytechnique de Man qui fait l’objet d’attaques de la part des responsables de la CNEC. Dans cette lettre ouverte, Kouadio Yao Paul en donne les raisons.

Je suis un parent d’élèves, et je dois vous avouer que quand mon fils qui avait obtenu la mention Bien au Bac C a été orienté à l’Université Polytechnique de Man, j’ai protesté et essayé de l’envoyer ailleurs. Faute de moyens financiers conséquents, j’ai dû me résoudre à le laisser partir à Man. Dieu merci, j’ai été satisfait sur tous les plans. Mon fils, grâce à l’encadrement dont il a bénéficié, est devenu plus respectueux, il a appris le Taekwondo, et dès qu’il a terminé son cycle de formation, exactement deux mois après, une grande entreprise de la place l’a embauché. Depuis lors, je suis de près tout ce qui se passe dans cette université et surtout que j’ai un autre enfant qui y est étudiant.
Je voudrais donc saluer tous les acteurs qui œuvrent au quotidien dans cette si jeune et performante université, la seule qui a un calendrier académique connu et respecté scrupuleusement, la seule qui arrive à faire un taux dee réussite de 100% aux cycles Masters et Ingénieurs, et la seule qui se préoccupe en même temps de la formation académique, professionnelle, et psychologique de ses étudiants.

Je voudrais surtout saluer le Professeur Lacina Coulibaly, dynamique et efficace Président de cette jeune et déjà très grande université pour ses performances.
J’ai décidé de faire cette lettre ouverte, lettre destinée aux parents d’élèves comme moi, mais aussi aux plus hautes autorités de ce pays car depuis quelques temps des individus, manifestement en mission commandée, ont décidé, à travers des actions de chantage, d’intimidation, et de rédaction de communiqués mensongers, de créer des troubles au sein de l’Université Polytechnique de Man (UPM).

D’abord, la machination a commencé sur les réseaux sociaux et sur certaines plateformes où des procureurs de circonstance ont traité le président de l’UPM de tous les noms d’oiseaux avant de demander, rien de moins que… son limogeage. Je m’étais en son temps demandé si toutes les institutions universitaires avaient des syndicats en leur sein et c’est un enseignant de l’INPHB qui m’a informé que le Dr Koffi N’Guessan actuel ministre de l’Enseignement technique avait dit aux enseignants désireux de s’inscrire dans ce genre d’organisation de demander une mutation. Et il avait raison, car une formation d’Ingénieur ne peut s’accommoder de revendications fantaisistes et désinformations sur les réseaux sociaux.

Pour en revenir à l’Université Polytechnique de Man, le motif avancé pour les attaques des mois antérieurs était que les droits syndicaux n’y sont pas respectés. Ainsi la CNEC, avec en tête son Secrétaire national, qui s’enorgueillit d’être en étroite collaboration avec un Conseiller technique du ministre de l’Enseignement supérieur nommé dernièrement à la tête de l’un des CROU d’Abidjan; la CNEC, disons-nous, avait programmé un séminaire du 21 au 23 juin 2023 à l’UPM.

En tant que parent d’étudiant nous avons suivi de très près ledit séminaire. Surtout que le Président Lacina Coulibaly avait fait une conférence le 19 dudit mois pour annoncer la fin de l’année universitaire. Les enseignants pouvaient donc participer au séminaire de la CNEC. À quoi avons-nous assisté, nous qui nous attendions à une rencontre scientifique de haut vol? Nous n’avons hélas vu que tapages et insultes. Ce syndicat s’était retrouvé avec moins de 10 enseignants de l’UPM comme participants sur les 70 enseignants permanents de cette institution universitaire. Les photos publiées par la CNEC sur son site permettaient de distinguer clairement les enseignants de l’UPM. Ce séminaire prévu pour durer trois (3) jours, s’est finalement tenu en 30 minutes. Pourtant pour donner de l’importance à leur activité, le Professeur Lacina Coulibaly avait instruit le Secrétaire Général de l’UPM de rester disponible pour la CNEC.

-Premier constat: ce syndicat n’a tout simplement aucune représentativité à l’Université Polytechnique de Man. Et la prétendue confiscation des libertés syndicales est un prétexte pour vouloir installer la chienlit dans cette institution en cette rentrée académique.

En m’informant auprès de certains enseignants admis au CAMES, il ressort que personne n’a empêché un syndiqué de la CNEC de mener une quelconque activité syndicale à l’UPM. D’ailleurs, cette université est, depuis le séminaire de la CNEC, en vacances. Le jour du fameux séminaire, j’avais pu faire un tour à l’UPM, et j’ai pu constater seulement la présence de quelques berlines et non une présence massive de participants au séminaire. C’est l’un des vigiles qui m’avait dit que l’ensemble des participants à ce séminaire était arrivé à bord de deux taxis.

Après cet échec patent, ils ont remis le couvert en pondant un grossier communiqué signé du Sieur Dadé Joël qui arbore abusivement le titre de Professeur, au mépris des textes de gradation du CAMES.

Que dit ce grossier communiqué?

1.Sur la question de la confiscation des primes d’encadrement et heures complémentaires. Les services financiers de l’UPM sont surpris par cette accusation qui ne peut émaner que d’une machine à intoxication. Le Dr Dadé Joël donne donc dans la manipulation. Il aurait juste fallu qu’il fasse comme moi: s’informer sans a priori. S’informer pour avoir la bonne information auprès du Prof Kamagaté, ex Vice-président de l’UPM. Il aurait su alors que TOUS les enseignants de l’UPM, permanents et vacataires, ayant fait des encadrements en 2021-2022 dans les niveaux Masters et Ingénieurs ont été payés. Les états de paiement de ceux qui ont effectués des encadrements en 2022-2023 sont en train d’être consolidés, comme de coutume, pour paiement, l’année académique s’étant achevée à fin du mois de juin 2023.

Il faut souligner que selon les orientations du CAMES, ce sont les enseignants de rang A qui peuvent effectuer des encadrements.

Renseignements pris, aucun des 7 syndiqués de la CNEC n’ont ce grade et les 6 enseignants de grade A de l’UPM disent ne pas se sentir concernés par le grossier mensonge de Dr Dadé Joël.

2.Sur la question des intimidations et chantage pour l’inscription sur les listes d’aptitudes du CAMES, selon mes renseignements auprès des enseignants, l’UPM est l’une des universités qui œuvre au quotidien pour la réussite et la promotion de TOUS ses acteurs dont les enseignants. Pour preuve, c’est le président Coulibaly lui-même, qui a pris l’initiative de procéder à un encadrement des enseignants candidats pour leurs inscriptions sur les différentes listes d’aptitudes du CAMES.

Selon les mêmes enseignants, tout le monde reconnaît le Professeur Lacina Coulibaly pour sa rigueur. Ces enseignants nous ont dit que seul un des leurs qui avait des ”zones d’ombre” (éléments connus de tous y compris du SG de la CNEC Dr Kazon) sur son dossier n’a pu fait acte de candidature.

À l’amphithéâtre, le Président Lacina Coulibaly avait donné les orientations à suivre pour pouvoir faire acte de candidature.

Cette année, l’UPM a présenté 24 candidats et a obtenu 24 inscrits, soit 100% de réussite. Il faut plutôt féliciter le Président qui a créé les conditions pour l’atteinte de cette performance.

3.Sur la question de la confiscation des salaires, selon les renseignements pris auprès de nombreux enseignants, TOUS les enseignants de l’UPM à leur poste sont payés régulièrement et sans ponction aucune sur les salaires depuis l’ouverture de l’institution. Un seul enseignant a des comptes à rendre à l’institution suite à une affaire liée à l’Ecole de la Formation Continue.

Lequel enseignant n’est pas à son poste et ce depuis six mois. Il n’a en outre jamais répondu à la demande d’explication à lui adressée depuis par l’administration.

Que Dr Dadé Joël dise le nom d’UN SEUL enseignant ou PAT qui aurait son salaire ou une quelconque prime suspendue. Cela lui est impossible car cette autre grossière ne relève que du fantasme.

4.Sur la question des Laboratoires sous-équipés. Cette allégation comme les autres, relève encore du fantasme de Dr Dadé Joël et son organisation. Des amis enseignants de l’UNA et de l’UFHB qui interviennent dans cette institution, m’ont juste dit de ne prêter aucune attention aux propos de Dr Dadié qui ne sait pas les efforts consentis pour l’équipement de l’UPM. L’Université Polytechnique de Man, en effet, peut s’enorgueillir de disposer d’équipements pour la recherche dans ses domaines de compétences. Les équipements mutualisés dans le Laboratoire central d’analyse, font de l’UPM

une institution universitaire sollicitée aussi bien par les universités nationales qu’internationales pour faire des analyses. D’ailleurs, presque toutes les sociétés minières sollicitent cette institution.

5.Sur la question de la ‘’confiscation’’ de la mobilité pour effectuer les travaux de recherche pouvant déboucher sur un changement de statut. Cette dernière allégation de Dr Dadé Joël et son organisation relève encore et toujours du fantasme.

Aucun enseignant ne se reconnaît dans ce fantasme. En effet, les enseignants disent clairement que l’administration de l’UPM n’a jamais empêché ne serait-ce qu’un seul jour un des leurs d’effectuer une mission de recherche aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger.

D’ailleurs, le Président Lacina Coulibaly est celui-là même qui encourage tous les enseignants à faire de la recherche pour évoluer et il a créé le cadre nécessaire et l’encadrement qui va avec pour la réussite des enseignants de l’institution qu’il dirige.

Peut-être que le nouveau Maître de Conférences, Dr Dadé Joël, voudrait voir les enseignants de l’UPM évoluer à sa vitesse. C’est-à-dire mettre 19 ans (2004 à 2023) pour devenir Maître de Conférences. Avec l’encadrement mis en place à l’UPM, les enseignants recrutés en 2016 sont passés en cette année 2023, soit en 9 ans, Maître de Conférences.

En conclusion, il apparait clairement que rien, absolument rien de vrai ne donne de la crédibilité au grossier communiqué de la CNEC dont aucune activité syndicale n’a été empêchée à l’UPM. Cependant, on peut relever que le communiqué du Dr Dadé Joël et son organisation vient pour soutenir leur machination et leur hargne à vouloir le relèvement du Président Lacina Coulibaly de ses fonctions. D’ailleurs, ayant échoué depuis le mois de mars 2023, ils n’hésitent plus à inviter à des attaques physiques contre sa personne. « On doit passer maintenant à l’action pour
mettre définitivement ce président hors d’état de nuire», «Comment pouvez-vous rester silencieux devant tant de mépris et de tortures» ont écrit des sofas de la CNEC.

Chers parents, cette lettre doit tous vous interpeller pour que nous fassions barrage aux fauteurs de trouble. Il y va de l’avenir de nos enfants.

Cette lettre est aussi une alerte lancée aux décideurs de ce pays. Il faut que dès maintenant les plus hautes autorités prennent leurs responsabilités afin que la machination s’arrête, ici et maintenant.

On sait, dans un passé récent, ce que les violences orchestrées par des soi-disant syndicalistes ont fait comme dégâts à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.

Ils ont commencé, stoppons les avant qu’ils ne réussissent à saboter l’excellent travail abattu au quotidien à l’Université Polytechnique de Man.

KOUADIO Yao Paul
Parent d’élèves
kouadioyaopaul63@live.be

NB : Le titre et le chapeau sont de la rédaction


Partager l'article